Actualité sportive en auvergne



Photo © Archives Christian Stavel

Rentrée des classes pour Aurillac

Aurillac va repartir pour un tour en CFA 2 avec un effectif grandement chamboulé. Treize éléments sont partis, huit arrivent, alors qu’un attaquant d’expérience est toujours recherché.

Finies les vacances, jeudi, c'est la rentrée ! Un peu plus de sept semaines après avoir terminé sa saison sur le petit braquet en empochant 12 points sur 32 (4N, 4D), en plantant seulement deux petits buts en huit matches, Aurillac s'est donné de bonnes raisons de plancher sur son avenir.

D'autant que sur la phase retour d'une compétition très ouverte et indécise, remportée au sprint par Bergerac, les Cantaliens, avec 25 points ont, ni plus, ni moins, fini dans le trio de queue.

Du coup, Laurent Foucault et son état-major peuvent parler de dynamique à reconstruire, de confiance, de sérénité mais aussi de crédibilité à retrouver dans un CFA 2 où le porte-drapeau du Cantal a dégringolé au printemps 2011.

Depuis, l'ambition est alimentée par une volonté de remontée, de redorer le blason, de recréer un véritable engouement, autant d'objectifs qui figuraient en tête de la liste du mariage avec les filles d'Arpajon, en juin 2013. Depuis deux ans, les choses n'ont guère avancé.

Le FC2A a bouclé sa 36e campagne à quinze longueurs du maillot jaune, les filles qui rêvent de D1 à 25 points des championnes nîmoises, pendant que la réserve masculine (DH) quittait le gotha régional avec la lanterne rouge, 17 ans après y avoir accédé.

Peu de rescapés


Ce bilan force à penser qu'Aurillac est à la croisée des chemins et semble devoir faire des choix en sachant que ses moyens ne lui permettent pas d'avoir les yeux plus gros que le ventre.

Comme la maison « rouge et bleu » pouvait l'imaginer, les dernières semaines ont été mouvementées. Beaucoup de joueurs ont quitté le navire, treize au total, si l'on compte Piganiol et Markut, qui avaient déjà jeté l'éponge. Si certains ne faisaient pas l'ombre d'un doute, Alain Larvaron ne s'attendait pas à perdre Abessolo et surtout Bazin, dont la décision de rejoindre Andrézieux (CFA 2) a surpris.

Dernièrement, Meyniel a obtenu son visa pour poursuivre ses études aux États-Unis. Après Leymonie séduit par Anglet (CFA 2) et Mallet qui a opté pour les U19 du Clermont Foot, Aurillac voit filer trois espoirs.

Un attaquant attendu


Dans la colonne arrivées, quatre recrues se sont ajoutées à Combelle, Morlon, et Puech (Ytrac, DH), et à Ernest (Sporting Chataîgneraie, DHR). Il s'agit de Corentin Chauve (AS Moulins, DH), d'Azize Diop (La Rochelle, DH) et de Camille Nevers (La Charité sur Loire, PH), ces deux derniers ayant été respectivement formés au Stade de Reims et au FC Nantes. Le quatrième larron n'est autre que Marwan Elaz (U19, Clermont Foot), ancien de l'AFCA.

Le reste de la troupe sera tracté par Andrieu, Capredon, Gourgaud et Koné, en attendant le retour d'Arnaud Combes en phase de rééducation, suite à son opération des croisés. Le gardien n° 2 Delmas, Bretout, Antoine Combes, Honoré, Jougounoux et Serieys compléteront un groupe où il y aura forcément à boire et à manger, avant que ne se dessine la première équipe pour aborder la compétition, le 22 août.

Pour l'attaquant d'expérience, il faudra attendre. Alain Larvaron et son adjoint Stéphane Lehongre veulent juger sur pièce. Des essais sont prévus.

Commentaire