Actualité sportive en auvergne



Photo © Christian Stavel

Le FC2A planche sur son avenir

Aurillac va renouveler 50 % de son effectif. Cinq éléments ont déjà donné leur accord, alors que le travail de recherche se poursuit pour porter à une dizaine les « nouveautés ».

Le chantier est grand ouvert. Aurillac est à nouveau en (re)construction. Doit-on voir dans ces man'uvres printanières un signe des temps, comprendre qu'aujourd'hui le changement s'impose comme une évidence, se dire que l'avenir et surtout la réussite sont conditionnés par le futur casting ?

Aurillac va perdre 50 % de son effectif. Ou garder, c'est selon. Quoi qu'il en soit, il est à la pêche aux bonnes affaires au c'ur d'un marché regorgeant d'opportunités. Reste à ne pas se tromper, à aller vite sans se presser, un exercice subtil, comportant forcément des aléas, une part de risques non maîtrisée.

« Nous n'avons que le choix de recruter malin. Guingamp, c'est un bel exemple, une source d'inspiration. Nous sommes dans le Cantal, à Aurillac. Il est difficile de nous comparer à untel ou à un autre. Une chose est sûre, nous ne disposons pas des mêmes facilités que le bassin toulousain, bordelais ou montpelliérain », précise Hervé Blanc, président délégué du FC2A en charge du secteur sportif, dans un discours rassurant sur les intentions du porte-drapeau cantalien de jouer un rôle majeur.

À la pêche aux attaquants


« L'ambition ? Doit-on la crier sur les toits ? Nous voulons avancer pas à pas, prendre enfin un bon départ. Voilà pour l'approche de la compétition qui s'effectuera avec du changement. Dans l'esprit tout d'abord. Je n'ai pas du tout apprécié la mentalité régnant dans le vestiaire. Ce type d'atmosphère nuit à toutes ambitions. Sur certains points, le groupe n'était pas aussi solidaire qu'il pouvait le croire. J'ai découvert des joueurs installés, d'autres qui n'ont cherché ni à s'adapter ni à comprendre. Le manque d'émulation est une raison, de même que l'absence d'un leader fédérateur. Romain Gourgaud va tenir ce rôle et Stéphane Lehongre, dont j'ai souhaité le retour, sera, entre autre, chargé de tisser des liens plus étroits. De plus, je considère avoir fait une erreur en ne recrutant pas à la trêve où le côté gestionnaire a pris le dessus », lâche Blanc qui regrette le choix de Leymonie parti à Anglet (CFA2). « C'est un enfant du club, formé ici. C'est sur ces bases que le FC2A veut se construire et ce départ nous affecte ».

Meyniel qui a également grandi à Baradel n'est pas sûr de porter les couleurs aurillacoises. Il attend une réponse des États-Unis pour poursuivre ses études. Quant à Monteiro-Machado il gardera les buts de Limoges (CFA 2), où Tomas le rejoint, tandis qu'Abessolo file à Sète (CFA). Si les destinations de Sall et de Piganiol ne sont pas connues, en revanche les frères Yves seront à Arpajon (DHR).

Côté arrivées, le défenseur Camille Nevers (La Charité-sur-Loire, PH Bourgogne) formé à Reims avant d'évoluer à Mont-de-Marsan (CFA) a donné son accord de principe, de même que le gardien Combelles, le défenseur Jean Morlon et le buteur Puech (11 réalisations), tous trois en provenance d'Ytrac (DH), sans oublier Ernest un prometteur défenseur évoluant en DHR au Sporting Chataîgneraie.

Cette semaine sera encore chargée de rendez-vous et de contacts pour dénicher quatre ou cinq éléments dont deux attaquants « priorité des priorités » selon Blanc. On le comprend.

Stage de gardiens. Le FC2A organise un stage d'été ouvert à tous les gardiens de but, licenciés ou non. Ce stage se déroulera du lundi 24 août au vendredi 28 août. Les catégories U12 jusqu'à U19 sont concernées. Renseignements et inscriptions au 06.99.94.13.65.

Commentaire