Actualité sportive en auvergne



Rugby Jeunes
Photo © Photo Richard Brunel

Espoirs : Mission doublement accomplie pour l'ASM

Le titre de champion de France décroché samedi face à Pau (24-19) est venu clore une saison en tout point réussie pour les Espoirs de l’ASM.

Deux ans après, les larmes ont une nouvelle fois coulé. Mais pas pour la même raison. Après celles de la déception qui ruisselaient sur les joues de pauvres Montferrandais inconsolables après leur défaite aux tirs au but face à Bordeaux-Bègles (29-29 à la fin des prolongations, 6-5 aux tab), ont succédé celles de bonheur, samedi, après la victoire des Espoirs de l'ASM face à Pau (24-19).

Le bonheur d'avoir ramené un 6e Bouclier dans l'armoire à trophées du club. Un titre de champion de France qui vient récompenser une saison en tout point réussie pour la formation auvergnate, première de sa poule et tombeuse d'Agen en demi-finales (37-22). « La mission est doublement accomplie », se félicitait Philippe Gauran, samedi, sur la pelouse de Cahors. « Le premier objectif, c'est de faire jouer le plus possible de jeunes avec les pros, embrayait de son côté Xavier Sadourny, qui fait le lien entre le groupe professionnel et les Espoirs. Cela a été le cas cette saison, ce qui leur a permis d'acquérir de l'expérience. Après, la finalité, c'est vrai que c'est le titre. Mais, même sans ça, on aurait été fiers et heureux pour eux. »

« Ils vont garder ça toute leur vie »


Ce trophée, les jeunes Asémistes se le sont « pelé », pour reprendre l'expression de Philippe Gauran. En s'appuyant notamment sur une défense de fer, à l'image de ce ballon récupéré sur la dernière action du match, alors que les Palois abattaient leur dernière cartouche.

« Cela reflète leur état d'esprit, témoignait Xavier Sadourny. Ils s'accrochent tout le temps. Et comme il y a un peu de talent dans cette équipe, ils arrivent à faire de temps en temps la différence. » Comme sur cet essai de Tani Vili, pas encore 18 ans, qui a joué les bulldozers dans la défense paloise pour redonner sept points d'avance aux Auvergnats en première période, ou encore sur cette interception de Samuel Ezeala juste avant la pause, pour l'essai du break (19-7, 40e).

« Cette aventure les a fait grandir en tant que joueurs et en tant qu'hommes surtout. Ils vont garder ça toute leur vie », confiait Philippe Gauran.

Comme chaque année, cette fin de saison marque la fin d'un groupe. Begon, Garret, Nicoué, Tripier, Villatte et tous les joueurs de la génération 1996 ont disputé leur dernier match avec les Espoirs, samedi. « C'est génial de finir comme ça », lâchait Charles Villatte, qui faisait déjà partie du groupe battu il y a deux ans. « On ne voulait pas revivre ça. » Mission accomplie.

Commentaire