Actualité sportive en auvergne



Sports nature Running
Photo © Photos Thierry Lindauer

Masha Hailé, la concordance des temps

Vainqueur des 13 km Thiernois, samedi après-midi, Masha Hailé a réglé les 10 km de Ladoux, dimanche matin. Pas aidé par le temps orageux et l’effort solitaire.

Le temps et les temps. Une connexion vieille comme l'athlé. Le premier joue sur les seconds et il a fait dans la lourdeur, dimanche, à l'heure du « 10 ». Pesanteur diffuse des périodes d'orage qui se retrouva dans les engagements, quelque 800 dont la moitié sur la dernière semaine, logique de pluie…

Et puis, le poids des courses aussi ; les marches de Chauchat la veille, en l'occurrence. Le tout restitué sur le circuit n° 3 homologué FIA, où passent F1 et moto GP, domaine du pilote essayeur subjectif Estelle Leroi, bloqua pour les coureurs l'aiguille du compteur à 31'05''.

10 km : et Petitjean


Pas de nouveau record donc - les 30'31'' d'El Bannouri tenant toujours le manche - mais une belle course. De la part d'un Masha Hailé à la nature généreuse. Comme les quatre premiers de Ladoux (le trio de tête reprenant même dans l'ordre le podium des « 13 »), l'Éthiopien du Clermont Athlé ne s'était pas ménagé 15 heures plus tôt en pays bitord.

Youssef Ouslib, son vainqueur sur l'Américaine samedi et membre du groupe des six partis devant dimanche, mit, lui, le clignotant au tiers de l'effort cébazaire. N'empêche, le premier kilo en 3'18'' sembla chagriner Masha, lequel passa la vitesse supérieure. Quittant ceux qu'il avait laissés dans les rampes coutelières, Akim Mburu, Josephat Muraga et son frère cadet, Fikado Fekele, les trois hommes finissant ainsi dans une course progressivement étagée.

Le leader du week-end, passé en 15'18'' à mi-parcours, perdit toutefois des secondes dans une seconde boucle plus chronophage. « Seul, c'est plus dur, admit-il, son succès réglé avec 1'04'' d'avance sur Akim Mburu. Battre le record, c'était difficile après la course d'hier (samedi). Mais je suis parti tranquille et je suis resté tranquille. La prochaine fois peut-être », sourit-il.

« Il n'était pas trop fort », relativisa son dauphin kenyan, un Mburu au record perso haut perché (28'51'') mais pas chef de son propre état, dimanche, montrant le bas de son dos. « Je suis un peu fatigué d'hier (samedi), mes jambes, mes genoux et mes fessiers. »

Charity Theuri aussi, chez les filles, paya son tribut thiernois. Deuxième, la Riomoise glissa en 5e position, au final. Au contraire de Sabine Petitjean, réalisatrice pourtant de son premier 3.000 m steeple (11'49''), la veille à Décines. Venue « travailler sur la fatigue », la Chamaliéroise conduisit la course de main de maître. Moins son chrono (39'21''). Qui passa à l'analyse : « Sans bonnes sensations, trop isolée, je suis partie sur 3'32'' et j'ai fini presque en 4'. Mais c'était obligé. »

Deuxième dès le 5e km, Nadia Theuil (39'56''), quant à elle, mena au bout son objectif « découvrir et plaisir, avant le marathon du Mont-Blanc, le 1er juillet », la Vichyssoise grattant les places sur la fin « en mettant tout ».

5 km : Limouzin


Auparavant, sur un 5 km frais, sans soleil, sans vent, le bitume à peine mouillé de deux averses matinales, personne ne chatouilla les 15'40'' de Chartoire. Mais la course offrit une jolie paire de manivelles d'un trio talonné par le cadet Talon. Au km 4, 50 m devant le Moulinois Pierrick Brunot, le Clermontois Jean-Philippe Limouzin porta l'estocade au Riomois Pierre-Alban Pernot.

« Après mon semi à Brives-Charensac, je suis venu avec peu d'armes, fatigué. Alors j'ai attendu dans ma zone de confort et j'ai accéléré », expliqua le master (16'36''). « Je savais que j'allais craquer car je n'avais pas la capacité d'accélérer », compléta le second, auteur de son record (16'43'').

Tamara Ortega Mischler, elle, attaqua à 800 m, devant trois filles. Et franchit la ligne en 20'08'' : « Je voulais descendre sous les 20', freina la Chamaliéroise, mais c'est mon meilleur temps. »

Commentaire