Actualité sportive en auvergne



Photo © BOILEAU FRANCK

ASM : cinq joueurs sous la menace en cas de carton

On imagine mal l’ASM privée de plusieurs cadres pour les demies et l’éventuelle finale du championnat. Et pourtant, au-delà d’une blessure toujours possible, cela ne tient qu’à un fil. En cause ? La nouvelle règle des cartons jaunes…

On sait déjà que Morgan Parra ne sera pas sur le terrain à Bordeaux début juin, après sa blessure à la cheville en finale de Challenge Cup face à La Rochelle. Et que la blessure, compagnon d’infortune du sportif, peut toujours frapper n’importe quand. Mais c’est une autre forme de menace qui pèse aujourd’hui sur cinq joueurs clermontois à la veille du money­-time.

En effet, une nouvelle règle en vigueur depuis cette saison vient obscurcir les plans des clubs encore en lice. Car désormais, les cartons reçus tout au long de la saison restent une épée de Damoclès permanente alors qu’avant, on soldait les comptes au moment des phases finales. À l’ASM, Slimani, Falgoux, Lee, Yato et Chouly ont écopé de deux cartons cette saison (voir par ailleurs). Et sont donc tous sous la menace d’une suspension automatique en cas de troisième « biscotte ».

Une situation qui a le don d’agacer Bernard Goutta, le coach des avants de Clermont : « Prenez Falgoux : ses deux cartons datent de plus de huit mois. C’était en septembre ! Depuis, rien et s’il venait à prendre un jaune, il sera suspendu. Pareil pour Rabah (Slimani). D’autant plus que nous n’étions en plus pas d’accord avec ces sanctions liées à une appréciation purement technique. Bon, le mec qui tire une mandale et qui est sanctionné, pas de souci. Mais là, quand on voit les possibles conséquences pour les gars et pour l’équipe, on trouve cela disproportionné… ».

Montpellier ? Trop de raisons pour ne pas vouloir aligner tout son monde

Clermont n’aura pas vraiment le « trakzir à zéro» à Toulon dimanche soir, où seul Chouly devrait être totalement concerné par ce match sans enjeu. À moins d’emmener des gars et de leur faire commettre une faute intentionnelle pour solder leur suspension lors de la réception de Montpellier avant la demie ? Cela s’est déjà vu au foot… « Non, c’est impossible au rugby. Ce n’est pas dans la mentalité de notre sport », tranche Goutta. En tout cas, Clermont va devoir jongler avec ce qui s’apparente forcément à des épines dans le pied. Rien n’empêche l’ASM de se prémunir jusqu’à la demie de Bordeaux les 7 ou 8 juin en laissant ses joueurs au repos. Mais à l’inverse, il apparaît suicidaire de laisser un joueur un mois sans compétition avant un match couperet.

Et puis, on imagine que les entraîneurs voudront logiquement tirer une dernière fois à balles réelles face à Montpellier en alignant l’équipe qui sera chargée, quinze jours plus tard en Gironde, d’aller décrocher une deuxième finale cette saison. Sans compter que l’ASM aura forcément d’autres « obligations » le 25 mai pour cette réception des Héraultais.

Un, et même si cela ne rapporte rien, on imagine que le groupe voudra terminer seule équipe invaincue de la saison à domicile. Ce serait aussi mieux pour la confiance avant une demie… Il sera peut­-être aussi question de repousser Montpellier et sa bande d’affamés revenus de nulle part du groupe des six qualifiés. Enfin, ils sont nombreux à l’ASM à vouloir en finir avec la folle série du MHR qui reste sur quatre victoires de rang au « Michelin » depuis 2014 ! Et tout cela, ce sera plus difficile sans ce quintet qui, de quelque façon qu’on le prenne, pèse lourd, très lourd même, dans le paquet et l’organisation de Clermont.

 

Valéry Lefort

Commentaire