Actualité sportive en auvergne



Photo © Hervé Chellé

A la rencontre de La Reine Margot

Deux parcours, un très beau site d’accueil et un magnifique cadre d’expression pour coureurs, chevronnés ou non : ainsi se présente le Trail de La Reine Margot, premier du nom, à La Tour d’Auvergne.

Une épreuve créée à l’initiative de Fabienne Charbonnel (en hommage à son papa décédé voilà bientôt dix ans) et coorganisée par le ski­-club de l’Etoile des Montagnes et son président Arnaud Gaydier*, qui prendra une dimension caritative, ses bénéfices étant reversés à la Ligue contre le cancer.

Permettant à La Tour de renouer avec le trail (le Défi des Montagnes n’étant plus relevé depuis trois ans), le rendez­-vous propose un 12 km et un 25 km, avec un départ (commun) des plus agréables autour du lac. On ne saurait trop conseiller aux concurrents d’en garder sous l e pied sur ces 600 premiers mètres.

Un cadre à couper le souffle

Car au bout, les attend la Pavade, rue perforant le cœur du bourg de La Tour­d’Auvergne dans le sens de... la montée. Longue, la montée, près d’un kilomètre, sans pause ou presque. Et dure, à 10 % de moyenne, certains passages sur son final piquant même à 14­-15 %.

A bon entendeur, salut, donc, au passage du Foirail, à sa fontaine, avec derrière, une première ouverture visuelle, à gauche, en direction de la protectrice Natzy et c’en sera fini de la grimpe. Pour un temps.

Il aura sûrement paru court à certains, au moment d’attaquer la montée vers Les Quatre départements (le magnifique point de vue est compris dans la dénomination), par les pistes de ski. Vertes par le revêtement estival mais pouvant frôler le noir par leur difficulté par endroits.

Trail de la Reine Margot : la "reco" (vidéo)

En haut, après 7 km, les concurrents du 12 km bifurqueront pour redescendre tranquillement vers La Tour. Les autres pousseront encore un peu pour atteindre les 1.350 m, point culminant du long parcours, soit Chambourguet et les Plaines brûlées au relief quelque peu tourmenté sous les semelles mais ouvertes sur un cadre à couper le souffle, au sens figuré du terme cette fois, avec le Sancy en toile de fond.

On plongera alors vers la Stèle, puis le village de Saint­-Pardoux avant de retrouver La Tour, son plan d’eau, l’arrivée et les pompes. Rassurez­-vous, pas de surplus d’exercice physique mais des crêpes locales à même de vous refaire la santé.

(*) Avec le soutien de la commune de La Tour­ d’Auvergne et la communauté de communes de Rochefort­-Montagne.

Le programme :

Ce matin, à 10 heures. La Tour d’Auvergne. 12 km (D+ 205 m) et un 25 km (D+ 510 m). Inscriptions sur erun63.fr jusqu’à aujourd’hui : 12€ (12 km) et 15 € (25 km) ; majoration de 3€ sur place, le jour de la course. Bénéfices de l’épreuve reversés à la Ligue contre le cancer.

 

Jean-Philippe Béal

Commentaire