Actualité sportive en auvergne



Photo © DR

Bol d'Or : le team moulinois assure l'essentiel aux essais

Le team moulinois VRD Igol Pierret Expériences s'est qualifié à la 12e place sur la ligne de départ du 83e Bol d'Or, en l'absence de son pilote belge Xavier Siméon, blessé. Ses coéquipiers ont assuré l'essentiel, au guidon de la Yamaha 333, lors des deux séances d'essais chronométrés, sur le circuit Paul-Ricard, au Castellet.

Septième du dernier championnat du monde dans la catégorie reine de l'endurance (EWC), le team moulinois VRD Igol Pierret Expériences est rejeté au delà du top 10, à l'issue des essais chronométrés du 83e Bol d'Or.

La Yamaha n°333 s'élancera de la 12e position sur la grille de départ, ce samedi après-midi (15 heures), sur le circuit Paul-Ricard. L'absence du pilote belge Xavier Siméon, tombé mardi et hospitalisé dans la foulée, s'est faite durement ressentir. Son jeune remplaçant, Ricardo Brink, 21 ans, est resté très en deça des chronos signés par ses deux autres coéquipiers, Florian Marino et Florian Alt. 

Ricardo Brink pas dans le rythme

Le Hollandais n'a pu faire de miracle, lui qui découvrait à la fois le circuit varois, la Yamaha R1 du team moulinois et les pneus Dunlop. Beaucoup à assimiler d'un seul coup pour un novice en endurance et forcément sa marge de progression reste importante en vue de la course.

Le team manager, Yannick Lucot, précise de plus que « Ricardo n'a pas eu de chance. Ses deux sessions qualificatives ont été perturbées, le premier jour par la pluie et le second par un drapeau rouge. Dommage, car c'est celui qui a le plus besoin de rouler. »

« En 24 heures, il peut se passer tant de choses... »

Pas de quoi ébranler, cependant, la confiance qui habite l'équipe. D'autant que Marino et Alt ont donné entière satisfaction.

« Le point positif, c'est que les deux autres pilotes ont un très bon rythme, ajoute Yannick Lucot. Sur la base de leurs chronos respectifs, nous nous situons aux alentours du sixième rang en qualification. C'est rassurant. Et comme chacun sait, une course de 24 heures, c'est très long. Il peut se passer tant de choses... »

Même un peu diminué et moins performant qu'espéré, le team moulinois ne fait pas une croix sur une place d'honneur, avec l'objectif de « finir le plus près possible du podium ».

 

Raphaël Rochette

Commentaire