Actualité sportive en auvergne



Photo © Champomier Noël

Course handisport : L'équipe de Prémilhat (Allier) termine 5e du Mondial de Joëlette

Ils sont Fous Allier - c'est leur nom - les cinq membres de l'équipe de Prémilhat qui ont participé au Mondial de Joëlette, une course dans laquelle une personne en fauteuil est transportée par les quatre autres. La compétition a eu lieu le samedi 1er juin sur l'île d'Oléron.

Le principe

Dans cette épreuve, une personne en situation de handicap est transportée en fauteuil - la Joëlette - par quatre coureurs à pied. Une équipe de Prémilhat (Allier) « Les Fous Allier » a ainsi participé aux championnats du monde de la discipline, à Saint-Trojan (Charente-Maritime), sur l'île d'Oléron, le samedi 1er juin 2019.

Amandine Inacio, Fabien Mys, Julien Méry-Gannat et Ludovic Odin poussaient ou tiraient tour à tour le fauteuil tout terrain monocoque, dans lequel était installé Loïc Dorat. Ce dernier a pu par ce biais parcourir des sentiers d'ordinaire réservés à des pratiquants de trail ou VTT.

Présentation de l'équipe des Fous Allier de Prémilhat

La course

Les cinq Bourbonnais se sont mesurés à des équipes coriaces d’Italiens, Espagnols ou Français, souvent mieux entraînés qu’eux. Le tout, sur un circuit sablonneux de 12 km, tantôt en bord de mer et tantôt en forêt.

Sous un soleil de plomb (36 °C) et sur un sol meuble, cela les changeait des pistes sur lesquelles ils se sont préparés, dans les monts d’Auvergne. « Franchement, c’était très dur de pousser la Joëlette dans le sable », explique Fabien, moniteur à l’Établissement et service d'aide par le travail (Esat) Rive gauche de Montluçon.

« On avait mis en place une technique de relais : un qui pousse, un qui tire et deux qui accompagnent en reprenant des forces. »

Fabien Mys (Moniteur à l'Esat de Montluçon)

Le classement

Les Fous Allier de Prémilhat ont terminé cinquièmes du général masculin, avec un temps de 1 h 05, non loin des vainqueurs, l’équipe « France athlétisme de la Police Nationale », qui gagne en 55 mins. Mais l’essentiel était ailleurs : « On sentait l’excitation de Loïc, son plaisir qui augmentait le nôtre », confie Fabien.

Une « belle expérience », rendue possible grâce aux bénévoles et aux moyens de transport (un véhicule + la Joëlette) prêtés par l’Unapei Pays d’Allier. 

Nous avons aussi croisé une Joëlette dans le Puy-de-Dôme...

Commentaire