Actualité sportive en auvergne



Photo © CAMILLE SAYEC

Testé pour vous : l'unique via ferrata du Cantal, au lac des Graves 

Seule via ferrata du Cantal, l’activité proposée au lac des Graves propose un moment unique sur les hauteurs du rocher avec en bouquet final la tyrolienne géante. Pour vous en donner mon impression, j’ai testé pour vous ce parcours à couper le souffle.

De tout en bas, on distingue difficilement le pic. Celui du rocher du lac des Graves que nous allons escalader en ce dimanche matin ensoleillé.

Le cadre est sublime, le soleil chasse les nuages pluvieux qui ont arrosé le Cantal toute la journée, la veille, et nous voilà prêts à nous lancer sur cette via ferrata. Après les consignes de sécurité distillées par Valentin Caumon, de l’entreprise Murmur & Nature, et une fois équipés de notre baudrier, de notre casque et de nos mousquetons, nous sommes parés à partir à l’assaut du rocher.

Plusieurs parcours au choix

Une courte marche, le long du lac nous permet d’atteindre le Parcours aventure, l’accrobranche du lac des Graves. Après s’y être brièvement égarés, histoire de s’échauffer ou par pure mégarde… nous voilà sur le chemin qui mène à la via ferrata.

En complète autonomie sur l’activité, nous décidons d’un commun accord, de ne pas nous lancer sur les parcours rouge et noir. Simple question de prudence et dans un souci de ne pas monter trop haut. Un peu plus loin donc, nous avons le choix entre la version « peu difficile », la bleue, et « facile », la verte.

Dix idées de randonnées de sommets à faire en Auvergne

Malheureusement, qu’importe la couleur du tracé, la plupart se rejoignent et nous voici donc sur les hauteurs du rocher avec une vue sur plusieurs dizaines de mètres en contrebas.

Les bras sollicités

Une fois mes vieux démons du vide chassés, il faut très rapidement se servir de ses bras.  La via ferrata s’apparente à de l’escalade aménagée et les barreaux, scellés dans la roche, permettent de trouver de bonnes prises. Il faut également compter sur les pierres et les parois rocheuses pour progresser, petit à petit sur l’itinéraire.

Même si les mousquetons, bien attachés sur la ligne de vie, permettent une véritable sécurité, ce premier bloc du parcours bleu nous a déjà offert quelques petites frayeurs.Le bouquet final. Après l’effort, et notre aventure sur la via ferrata, le réconfort est venu avec la tyrolienne géante. Longue de 350 mètres, celle-ci passe au-dessus du lac des Graves, de quoi finir une journée de sensations fortes en beauté.

Une vue imprenable

Pour autant, ce n’est rien comparé à la vue imprenable que nous avons par la suite. Sur une petite passerelle naturelle, nous surplombons le lac et avons droit à un paysage époustouflant, avec le puy Mary en fond. Le temps d’immortaliser la scène avec quelques clichés et nous revoilà repartis sur nos échelles et escaliers de fortune.

Pas le temps de profiter donc puisque l’ascension se complique à nouveau. Cette fois, les barreaux pour se déplacer sont bien plus espacés et chaque pas et décision doivent être réfléchis car avec la pluie, la roche est humide et glissante.

Le « Pont du vertige » digne d'Indiana Jones

Après avoir escaladé une pente assez abrupte, nous atteignons le point charnière de cette via ferrata. Le moment de choisir entre le parcours vert, bleu ou noir (le rouge étant le seul qui ne rejoint pas les trois autres). N’écoutant que notre courage, nous nous dirigeons vers le parcours vert. Il faut dire que le « Pont du vertige » - véritable copie d’un de ces petits pontons de la saga Indiana Jones - n’inspire pas vraiment confiance.

Deux fils tiennent une quinzaine de maigrelettes planches de bois sur une petite vingtaine de mètres, avec évidemment la ligne de survie pour se tenir, le tout suspendu dans le vide. Un obstacle de taille, pensé de cette façon avec un but bien précis. « La première planche est assez éloignée du bord pour que ceux qui hésitent ne s’y aventurent pas », nous confirme Valentin Caumon, à l’issue de notre matinée d’aventure.

Une fois aux abords du « Pont du vertige », sur notre gauche, le parcours bleu se présente face à nous et le vert sur la droite. Rassasiés d’émotions fortes nous la jouons donc petit bras et empruntons la facilité. Sortis de cette aventure, il nous faut désormais regagner des sphères moins élevées et descendre la centaine de mètres escaladée.

1 h 30 au total

Là encore la tâche s’annonce moins simple qu’elle n’y paraît. Les panneaux annoncent qu’il faut suivre les repères verts recouvrant les pierres ou les arbres sur les petits chemins aménagés. Cependant, la descente est raide et après quelques glissades sur les fesses, nous parvenons à arriver au lac sains et saufs. Temps de notre escapade environ une heure et demie, sans nous presser et en profitant du paysage.

Possibilité de se faire accompagner

Au final, malgré la hauteur, le cadre somptueux offert pas le lac des Graves et le puy Mary en fond, ont fait de cette via ferrata une superbe expérience. Si les parcours vert et bleu sont accessibles à tous, les débutants seront bien inspirés de faire une demande d’accompagnement, histoire de ne pas se retrouver trop démunis.

Les parcours rouge et noir sont, quant à eux, réservés à des amateurs de l’activité et à des sportifs confirmés. Une chose est sûre, le moment vaut le coup et est l’occasion d’en prendre plein les yeux, tout en se faisant peur.

L’entrée à la via ferrata du lac des Graves coûte 7 € pour une personne et les tarifs sont dégressifs en fonction du nombre de participants. Si vous n’avez pas de matériel, l’entrée plus la location coûtent 16 €. Par ailleurs, la société Murmur & Nature propose une autre via ferrata dans les gorges de la Jordanne avec beaucoup de tyroliennes. Celle au-dessus du lac, longue de 350 mètres peut se faire pour 7 € le passage et 10 € les deux. Il existe également des activités telles que l’accrobranche, le canyoning, une randonnée frissons, le canoë, le paddle, l’équitation, des sorties en VTT électriques ou encore le saut du pont. Pour plus d’informations contactez Murmur & Nature au 06.09.35.21.67.

Lucas Robelin (Photos Camille Sayec)

Commentaire