Actualité sportive en auvergne



Football National 3
Photo © Droits réservés

Un Aurillacois retenu avec le Burkina Faso

Défenseur d’Aurillac en N3, Mamadou Koné figure sur une liste de 25 joueurs du Burkina Faso qui affronte le Cameroun ce dimanche à Beauvais.

« Je suis aux anges, la sensation est incroyable, c'est le bonheur total… » Pincez-moi je rêve, aurait pu rajouter Mamadou Koné qui, pour un peu, n'en croirait pas ses yeux. Appelé en début de semaine par le sélectionneur portugais du Burkina Faso Paulo Duarte, Koné, évoluant sur le flanc gauche de la défense aurillacoise, figure sur une liste de 25 joueurs retenus pour disputer ce dimanche à 16 heures, à Beauvais, une rencontre amicale face aux Lions Indomptables du Cameroun.

Médaille de bronze de la dernière Coupe d'Afrique des Nations disputée au Gabon, le Burkina Faso est actuellement l'une des formations phares du continent africain. Entre autres, les Étalons comptent dans leur rang le Lyonnais Bertrand Traoré, le Strasbourgeois Bakary Koné ou encore Bryan Dabo (Fiorentina) et Jonathan Pitroipa (Antwerp).

Un conte de fées


À bientôt 26 ans, Mamadou Koné, qui a disputé avec Aurillac 95 matchs en championnat de France depuis son arrivée en 2014 en provenance d'Argentat, pourra-t-il fêter sa première cape, obtenir ses galons d'international sous le maillot de son pays qu'il porta déjà avec les jeunes et les espoirs ?

Si c'est le cas, l'Aurillacois croisera la route de quelques vedettes de la Ligue 1 comme Toko Ekambi (Angers), Njie (Marseille), Bahoken (Strasbourg), fers de lance d'un Cameroun champion d'Afrique en titre mais grand absent de la Coupe du monde en Russie.

Du côté de Baradel, tout le monde se réjouit de ce qui arrive à Mamadou Koné. Cette reconnaissance du Burkina Faso, l'intérêt porté sur un joueur amateur, démontre qu'Aurillac attire bien plus de regards qu'il n'osait l'imaginer. En cette période de recrutement, c'est un argument que pourront avancer les dirigeants du club cantalien au sein duquel son Burkinabé avouait « être parti pour rester. ». Après avoir vécu une semaine printanière aux allures de conte de fées.

Commentaire