Actualité sportive en auvergne



Football Coupe
Photo © Archives Pierre Couble

Clermont : ce qu'il faut retenir de l'élimination

Les saisons se suivent et malheureusement se ressemblent pour le Clermont Foot qui ne regoûtera pas aux 32es de finale de la Coupe de France en janvier après avoir été piteusement sorti (1-0) par une équipe de Trélissac (CFA), tout simplement plus concernée.

1. La vilaine habitude clermontoise

Pour la quatrième année consécutive, le Clermont Foot ne disputera pas les 32es de finale de la Coupe de France. La supposée locomotive régionale laissera une fois de plus d'autres représentants auvergnats connaître les affres du tirage au sort de lundi, avec la perspective de s'offrir une affiche de gala face à une équipe de Ligue 1. 
Après Yzeure (CFA/2012), Selongey (DH/2013) et Epinal (National/2014), c'est Trélissac, un autre adversaire hiérarchiquement inférieur, qui s'est payé le scalp de la seule équipe pro de la région. Plus que le résultat, c'est la manière qui interpelle avec une prestation particulièrement indigente des Clermontois pendant l'essentiel de la rencontre. Les Aquitains ont marqué sur penalty d'entrée (7e), ont dominé ensuite et se sont qualifiés, sans que cela ne souffre de la moindre contestation.


2. Corinne Diacre confortée dans ses choix

C'est peut-être l'enseignement principal de la rencontre et il est paradoxal. Malgré une élimination face à un adversaire hiérarchiquement inférieur, la coach sort confortée de ce match puisque les joueurs à qui elle ne donne qu'un temps de jeu réduit en championnat et qui étaient alignés d'entrée ce samedi (Goncalves, Reale, Genest, Espinosa, Agounon), ont presque tous semblé à côté de la plaque. Au milieu, Enzo Reale et Ludovic Genest ont notamment multiplié les mauvais choix et les approximations techniques.  « Je n'avais pas besoin de ce match-là pour être confortée sur mes choix. Je le savais. C'était une opportunité pour certains, ils ont laissé passé le wagon. », a dit Diacre sans jamais citer de noms.


3. « La priorité, c'est le championnat »

Au-delà de la volonté de relancer des joueurs au temps de jeu limité, la composition de Corinne Diacre a prouvé que la Coupe de France n'était clairement pas dans les objectifs du club cette saison. 
Avec Ekobo et Diedhiou restés à Clermont, et les présences d'Avinel, Boulaya et Hunou sur le banc au coup d'envoi, la coach n'a pas fait de mystère des intentions du Clermont Foot dans une compétition qui aurait pourtant pu faire rêver les supporters.
Ce choix est d'ailleurs totalement assumé par Corinne Diacre. « Est-ce que je regrette ma composition de départ ? Absolument pas ! La priorité reste le championnat. C'est notre objectif de la saison. » Un discours direct mais risqué si les prochains matches de championnat tournent mal.


4. L'exception Caillard

Dans un match où parler de « collectif » clermontois semblerait disproportionné, difficile de ressortir du positif des prestations individuelles. Les entrées d'Adrien Hunou et de Farid Boulaya ont apporté un peu de peps et de technique, Laporte et Martin ont bien colmaté quelques brèches, Jobello et Dugimont ont fait ce qu'ils ont pu, mais d'une manière générale, un seul joueur s'est mis véritablement en valeur : Marc-Aurèle Caillard. La doublure de Medhi Jeannin a confirmé sa bonne prestation à Tours mardi, ainsi que son match à Blagnac au tour précédent, en maintenant son équipe à flot. Après avoir touché de la main gauche le penalty marqué par Cavaniol (7e), il a détourné du pied celui de Keita (56e). Il a encore remporté son face-à-face face au même Keyta (65e). Dans un match compliqué avec des frappes aux rebonds aléatoires, il a rassuré ses coéquipiers et prouvé qu'il était un candidat crédible au poste de n°1.
Commentaire