Actualité sportive en auvergne



Cyclisme Julian Alaphilippe
Photo © Photo Cécile Champagnat

Alaphilippe, les racines d'un succès

Après avoir vécu des émotions incroyables la semaine dernière dans les Ardennes, Julian Alaphilippe a pu décompresser avec sa famille et ses amis, ce mardi, à Désertines.

Julian Alaphilippe est un grand émotif. La chose est connue, mais elle a pu se vérifier une fois de plus, mardi soir, à la salle Marmignolles. Après une magnifique campagne de classiques ardennaises où il a gagné la Flèche Wallonne, le cycliste originaire de Désertines est venu saluer les bénévoles et les organisateurs de la Classique Jean-Patrick Dubuisson, à l'invitation de l'un de ses premiers entraîneurs, Jean-Philippe Duraka.

« Je suis super fier de rentrer chez moi et de partager ces moments avec vous »

« C'est la plus belle semaine de ma carrière, j'ai encore du mal à mettre des mots sur ce qui arrive. Je suis super fier de rentrer chez moi et de partager ce moment avec vous. C'est important parce que vous être importants, vous faites un travail extraordinaire pour la Jean-Patrick », a déclaré le sportif de 26 ans, la larme à l'œil, avant de prendre des nombreuses photos avec les personnes présentes.

« C'est un gars hypersensible, qui a l'esprit familial. Vu son niveau je ne peux plus rien lui apporter, maintenant c'est lui qui nous apporte de la joie et du plaisir », confiait son entraîneur, lors de son passage à l'école de cyclisme du Vélo Sport Montluçonnais, Jean-Philippe Duraka.

Un moment hors du temps ou la nouvelle coqueluche du peloton a pu décompresser en compagnie de ceux qui l'ont vu grandir… « On sent que c'est quelqu'un de simple. Il est sensible à ceux qui l'on amené au vélo et qui sont encore présents aujourd'hui pour lui donner des conseils, avec autant d'attention que pour l'enfant de 12 ans qu'il était quand il a commencé », souriait le président de l'Entente Cycliste Chazemais Vaux, René Penard.

Un court retour aux sources pour celui qui se penchera, dès ce mercredi, sur ses prochaines échéances, le Critérium du Dauphiné et le Tour de France, mais précieux. « Je viens de finir le premier cycle de ma saison c'est l'heure de récupérer et de penser la suite. J'ai vécu des émotions très fortes, des moments incroyables, mais ce soir, venir ici et voir la joie dans les yeux des gens, le bonheur que j'ai pu leur procurer, c'est quelque chose à laquelle je ne m'attendais pas, c'est vraiment spécial », indiquait encore Julian Alaphilippe entre deux embrassades.

Commentaire