Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Cyclisme
Photo © Francis Camapgnoni

Pour un dernier tour au stade Marcombes

De vieux vélos et de vieilles autos paraderont une dernière fois sur le vélodrome du stade Philippe-Marcombes à l’occasion des Journées du patrimoine dans un mois.

Dans sa configuration actuelle, le stade Philippe­-Marcombes vit ses dernières heures. Dès le printemps 2018, les travaux de déconstruction démarreront. Et lorsque la nouvelle version des lieux verra le jour, une partie du vélodrome qui entoure la piste d’athlétisme n’existera plus. 


La piste du Vélodrome n'est aujourd'hui plus utilisable. Photo Th NICOLAS


Pour pouvoir profiter de ces derniers instants, « Agissons pour Charade » et Auvergne Moto Club ont contacté la mairie. Avec la Région, les trois interlocuteurs ont convenu d’une manifestation les 16 et 17 septembre, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. « Ce sera le principal temps fort sur Clermont », précise Jean­-Paul Taillandier, vice-­président d’« Agissons pour Charade ». Des parades de vélos, d’autos et de motos d’époque seront organisées sur le vélodrome et la piste d’athlétisme. Des sessions de roulage seront aussi proposées aux familles, invitées à venir avec leurs deux­-roues. 
 

« C’est le “doudou” des Clermontois »

 
Pendant ce temps­-là, de vieux camping­-cars investiront la pelouse du Marcombes, où il sera notamment possible de pique­-niquer. « L’idée, c’était de faire revivre une dernière fois le vélodrome, explique Claude Astaix, le président de l’Auvergne Moto Club. C’est un lieu qui a accueilli des courses de moto de la seconde partie des années 1920 jusqu’aux années 1950. Et les pilotes y montaient jusqu’à 125 km/h. »
 
En septembre, le vélodrome du Marcombes retrouvera le temps d'une journée son lustre d'antan. Photo francis campagnoni
 

Au même titre que le jardin Lecoq, le stade Marcombes fait partie des lieux emblématiques de la ville. « C’est le “doudou” des Clermontois, avance Frédéric Saint-­Joanis, responsable technique à la direction des sports. Ici, il y a eu des amoureux, des gens qui rient, des gens qui pleurent, bref des histoires de vie. » « Le lieu est intergénérationnel, les jeunes Clermontois y croisent des plus anciens, ajoute Jean-Benoît Burnichon, le directeur des sports de Clermont­-Ferrand. Grâce à cet événement chacun pourra rendre un hommage à ce haut lieu de la vie de la cité. » 
 
L’histoire retiendra que les dernières grandes heures de cette enceinte (dans sa configuration initiale), qui accueille 145.000 utilisateurs chaque année, et dont la piste a notamment été le théâtre d'une victoire d'étape de Raphaël Géminiani lors du Tour de France 1951, auront été dé­diées à l’une de ses activités les plus riches en sensations : les tours de roues sur le vélodrome.

Les belles mécaniques seront de la partie. photo francis campagnoni
Commentaire