Actualité sportive en auvergne



Rugby ASM
Photo © Rémi Dugne

Rougerie (ASM) : "Un moment que je garderai en tête"

Ça y est. Aurélien Rougerie a raccroché les crampons. L'emblématique trois-quarts centre de l'ASM a disputé son dernier match, ce samedi, face au Stade Toulousain (36-26). L'occasion pour lui de faire ses adieux au public auvergnat, un moment qu'il n'oubliera jamais. 

Ça y est Aurélien, c'est fait ? 

« Oui, c'est fait. Déjà, on a la victoire, c'est bien. On part sur une bonne note, on finit la saison correctement avec un match assez construit même s'il y a eu beaucoup d'erreurs. On a joué avec notre cœur ce soir. Il y a beaucoup d'émotions, forcément, quand je vois ce public qui aime ce club comme moi. Ce sont des moments particuliers. Je vais raccrocher les crampons mais je vais me tourner vers une toute autre mission au sein du club. Cela me permet de tenir un peu le coup, de ne pas m'effondrer. La présence de ma famille autour m'aide aussi beaucoup. C'est un moment émouvant mais très sympa à partager avec le public et je pense que ça va se partager longuement ce soir. » 

On vous a senti très ému lors de votre discours au moment d'évoquer José, le jardinier du club, décédé l'an passé... 

« Il s'est battu longtemps contre cette maladie et j'avais envie, ce soir, de penser à lui et à sa famille qui était présente dans les tribunes. On a partagé beaucoup de moments, il était toujours là pour nous glisser un petit mot. On le respectait beaucoup et j'étais content de lui rendre un petit hommage. » 

Quel est le programme pour ce soir ?  

« On va aller au H-Park. On va enfiler les bières les unes derrières les autres, on verra bien ce qu'il se passe et on prendra un taxi pour rentrer. » 

Il y avait pas mal d'anciens ce soir (Olivier Magne, Anthony Floch, Julien Malzieu, Thibault Privat)... 

« C'est touchant, ça fait plaisir. Ils ont pu se libérer. On va aller boire un coup. »  

Qu'avez-vous ressenti au moment de votre sortie ? 

« Beaucoup de fierté. J'étais surpris que les Toulousains viennent vers moi. C'est un moment énorme, c'est vraiment top quand tu as le respect de tes adversaires. C'est un moment que je garderai en tête le restant de ma vie. »

Le remplacement avec Damian (Penaud), c'était écrit... 

« C'était écrit depuis un moment, depuis qu'il est arrivé. Il a une tâche difficile à remplir, il va évoluer comme moi j'ai pu le faire avant lui. J'ai essayé de lui donner toutes les armes possibles et j'essaierai de l'aiguiller encore. » 

Que manquait-il pour que la fête soit totalement belle, un essai ? 

« Oui, peut-être. Pourtant je me suis donné du mal. On a essayé d'user cette défense toulousaine qui était bien en place mais on a su trouver les solutions. Repartir avec la victoire aujourd'hui me satisfait pleinement. » 

On a senti beaucoup de respect de la part des Toulousains...  

« Il y a toujours eu une bonne entente, une bonne rivalité, on a toujours été de bons adversaires. Je suis satisfait de ce respect témoigné par la transmission de ce maillot. Je regrette un peu que Florian (Fritz) ne soit pas là ce soir mais le président Lacroix lui fera passer le maillot remis par Eric De Cromières. » 

Aucun regret d'arrêter ? 

« Non, je suis vieux. Je commence à avoir mal aux jambes et mal au dos le matin. On va laisser le corps se reposer, j'ai bien entamé mon capital santé. Maintenant, il va falloir que je prenne soin de moi. » 

Est-ce qu'il y a un souvenir ou une image qui est remonté à la surface ce soir ?  

« Non, pas spécialement. Je ne regrette pas les décisions que j'ai prises et si c'était à refaire je ferais les mêmes choix. »
Commentaire