Actualité sportive en auvergne



Photo © MARCO BERTORELLO

Alaphilippe s’impose avec panache sur les Strade Bianche

Et de quatre ! Julian Alaphilippe vient de signer (déjà) sa quatrième victoire de la saison sur les Strade Bianche. Le coureur de la formation Deceuninck - Quick Step s’est magnifiquement joué de Jacob Fuglsang (Astana) et Wout Van Aert (Jumbo-Visma) dans les rues de Sienne. Il s’agit du premier succès français dans cette épreuve.

Cette course semblait taillée pour lui et le Montluçonnais n'a pas déçu. Pour son retour en Europe, après un début de saison enthousiasmant en Amérique du Sud (trois victoires), Julian Alaphilippe a de nouveau prouvé qu'il était en très grande forme. Pour gagner sur les Strade Bianche il vaut mieux avoir des jambes : 184 kilomètres de vallons, dont 63 sur des chemins de terre blanche, ça marque.
 


Si les jambes ont bien répondu, la tête a fait le reste. Car il fallait rester calme et surtout se montrer patient, ce samedi. La décision ne se jouant qu'à 100 mètres de la ligne, dans les rues de Sienne, dans la fameuse côte Santa Caterina (à 13%).

Avant cela, le Montluçonnais s'était échappé en compagnie de Jacob Fuglsang (Astana) et Wout Van Aert (Jumbo-Visma), à 20 kilomètres de l'arrivée. Ce dernier ne parvenait finalement pas à suivre le rythme du Français et du Danois. On pensait alors que les deux hommes allaient se livrer un mano a mano pour la victoire. C'était sans compter sur l'abnégation du Belge qui revenait sur le duo à 1,3 kilomètres de la ligne, bien aidé également par la partie de bluff des deux hommes à l'avant. 

 

Mais il en fallait plus pour déstabiliser le coureur de la formation Deceunink-Quick Step. Le Danois était le premier à dégainer dans la côte Santa Caterina, emmenant un gros braquet. Une fois de plus, Wout Van Aert ne pouvait pas lutter. Julian Alaphilippe, lui, se levait sur ses pédales pour rester dans la roue de Jacob Fuglsang. A la rupture, le Montluçonnais contrait pour s'imposer à Sienne à l'occasion de sa première participation. Créé en 2007, le "Paris-Roubaix" italien voyait pour la première fois un Français triompher (Romain Bardet ayant terminé 2e l'an dernier).

 

Vincent Balmisse

Commentaire