Actualité sportive en auvergne



Rugby ASM
Photo © Francis Campagnoni

Parra (ASM) : "On n'est pas encore guéris"

L’ASM a mis fin à une série de trois défaites en s’imposant avec le bonus face à Bordeaux-Bègles, ce samedi, au Michelin (33-3). Morgan Parra, qui retrouvait une place de titulaire à la mêlée, a apprécié la « réaction collective » de son équipe. Mais il reconnait que la situation « reste fragile ».

Morgan, ça fait du bien de renouer avec la victoire ?  

« Oui, je suis content de l’état d’esprit affiché. Il fallait se relever et aujourd’hui, on a eu une bonne réaction collective. C’était important. On aurait aimé avoir d’autres conditions de jeu pour pouvoir s’exprimer avec le ballon sur la largeur, mais bon... On s’est adapté. Il a fallu jouer au pied, mettre de la pression chez eux, bien défendre, ce qui n’a pas été le cas la semaine dernière et ensuite tenir le ballon, même si ça a été sur du jeu à une passe. Mais on a été présents. »  

Vous avez pris les points très rapidement dans le match. Était-ce pour vous rassurer ?

« Non, quand les points se présentent, il faut les prendre. Les pénalités auraient été situées en coin, cela aurait peut-être été différent. » 

Vos avants ont largement contribué à ce succès... 

« Avec un temps comme ça, si tes gros ne dominent pas, tu n’existes pas. On a été présents dans les phases du rucks, ce qui nous a permis de mettre du rythme. On ne s’est pas affolés, on a réussi à sortir de notre camp correctement. Cela n’a pas été un match spectaculaire en raison de la pluie, mais il y a tout de même eu des choses positives. » 

Cette victoire vous a-t-elle remis la tête à l’endroit ?

« Oui, mais on s’aperçoit que c’est encore très fragile. Dans les premières actions, on domine, mais on n’arrive pas à trouver la ligne d’essai. On sent qu’il y a encore des doutes, on n’est pas encore guéris. Là, on va partir en vacances, mais derrière, il faudra encore travailler pour pouvoir enchaîner les temps de jeu et surtout marquer. Ce qui faisait notre force l’an passé, c’est qu’on arrivait à scorer très vite. Aujourd’hui, on met trois points, puis trois autres, mais on ne parvient pas à faire le break. C’est embêtant, mais c’est en gagnant, en s’appuyant sur des matchs comme ça qu’on va pouvoir retrouver une certaine stabilité et surtout notre jeu qui a fait notre force. » 

Y-a-t-il eu des doutes à la pause, où vous ne meniez que de neuf points (12-3) après avoir confisqué le ballon tout au long de la première période ? 

« Cela ressemblait au quart de finale face au Racing. Tu domines, tu domines, mais tu ne marques pas. Et aujourd’hui, on sait qu’il faut scorer. Car tu n’es pas à l’abri d’encaisser un essai et ça peut te remettre la tête à l’envers. C’était important de regagner aujourd’hui (samedi). C’est chose faite. »  

Ce bonus décroché en fin de match, c’est une autre satisfaction ? 

« Oui, c’est bien. Malgré les conditions, on est allés chercher les touches en fin de match, on a essayé d’apporter du rythme au jeu et de marquer. C’est important de finir comme ça, surtout qu’on n’a pas glané beaucoup de bonus cette saison. »
Commentaire