Actualité sportive en auvergne



Photo © MARQUET Frédéric

Treilles (ASM) : "Un rêve de jouer ici"

Jeudi dernier marquait la reprise de l’entraînement ouvert au public pour les joueurs de l’ASM, sur la pelouse des Gravanches. Jeune Espoir appelé en renfort pour préparer la saison, Léo Treilles revient sur cette première préparation chez les pros.

L’absence de 12 internationaux en pleine préparation pour la Coupe du monde au Japon (20 septembre au 2 novembre) a obligé Franck Azéma et son staff à faire appel à quelques renforts afin de préparer au mieux la prochaine saison de Top 14. En plus des recrues et des jokers « Coupe du monde », le staff clermontois peut compter sur l'apport de seize jeunes issus du centre de formation, invités à prendre part à la préparation estivale des « Jaune et Bleu ». Parmi eux, le jeune trois-quarts centre Léo Treilles, qui évolue habituellement avec l'équipe Espoirs.

« Je n’ai qu’une hâte, c’est d’y retourner »

Pur produit du club auvergnat, le Riomois de 19 ans n’a qu’un rêve : évoluer à nouveau avec l’équipe professionnelle… Comme il l’avait fait le 18 décembre dernier, devant 1.000 spectateurs à Timisoara, en Challenge Cup (victoire de l’ASM 47-14). « J’ai joué 10 minutes avec les pros. Je n’ai qu’une hâte, c’est d’y retourner, déclarait-il jeudi matin. C’est une vraie opportunité, mais si ce n’est pas cette année, ça me va. J’ai toujours dit que je prendrais le temps de jeu que j’aurais. Ce n’est que du bonus. »

Léo Treilles a foulé la pelouse du stade Timisoara pour son premier match chez les pros.

Et le neveu de Xavier Verdy, ex-capitaine de l’ASM dans les années 80, de poursuivre. « Je suis à l’ASM depuis super longtemps, c’est un rêve de jouer ici et d’être avec eux. Mais c’est vrai qu’il y avait du stress au réveil, du bon stress », rigolait le jeune centre de 19 ans. Et jeudi matin, outre l’exigence du coach, le jeune centre des Espoirs semblait très satisfait de cette séance « chez les grands ».

« Toeava, il nous apprend le rugby seulement en nous regardant »

« Les mecs sont super avec nous, ils nous prennent sous leurs ailes, nous font bosser et nous apprennent plein de choses, détaillait Léo Treilles. Isaia Toeava, il nous apprend le rugby seulement en nous regardant. Et quand il nous prend individuellement, il nous montre ses techniques et sa façon de travailler. Individuellement comme collectivement, on apprend tout, de A à Z. Et c’est super pour tout le monde. »

Illustration.

En attendant de pouvoir repartager un jour le vestiaire de Greg Laidlaw ou de Morgan Parra, Léo Treilles aura à cœur de se démarquer tout au long de ces quatre semaines de préparation. Il ne lui reste plus qu’à transformer l’essai.

 

Pauline Benard (avec Vincent Balmisse)

Commentaire