Actualité sportive en auvergne



Photo © Richard Brunel

Team Pro Immo : Nicolas Roux promet "une équipe plus forte en 2020"

Sacré pour la deuxième fois de suite meilleur club amateur français, le Team Pro Immo repartira pour au moins une saison en DN1, en 2020. Avec « une équipe plus forte sur le papier », promet son patron, Nicolas Roux.

Avec l’arrêt simultané de cinq coureurs, l’effectif de votre équipe de DN1 va être chamboulé la saison prochaine...

« C’est certain, c’est la fin d’un cycle. Je le savais, c’était prévu. Jusqu’à présent, on avait peu de départs ou d’arrêts. Là, ils sont cinq et non des moindres (lire ci­-dessous). Ils ont été au bout de leur aventure. Ils se rendent compte qu’il va être difficile de faire mieux à l’avenir. Ils préfèrent tourner la page et rentrer dans la vie active d’une autre façon. »

 

« En juillet, on pensait arrêter »

 

Votre équipe est au sommet du cyclisme amateur français. C’était peut-être l’occasion pour vous qui la financez depuis huit ans de sortir par la grande porte...

« Je me suis fait la réflexion. Je me suis même dit, en juillet, qu’on allait arrêter sur une bonne note. Après, avec du recul, on se dit qu’on est le meilleur club amateur français et qu’on peut encore faire une année, peut-­être la dernière. On ne regarde pas trop loin. On va essayer de faire une excellente saison 2020. On dit : “Jamais deux sans trois”. Est­-ce qu’on gagnera encore le challenge Direct Vélo (*) en 2020 ? On verra bien, mais tout est possible. »

 

Que vaudra le Team Pro Immo 2020 ? Sera-t-il aussi fort ?

« On aimerait avoir huit coureurs costauds pour faire tous les week-ends un vrai front, faire tourner un peu l’effectif et permettre à certains de mieux se reposer que cette année. Cinq de nos cadres vont normalement rester (Almeida, Guichard, Urruty, Chassagne et Racault). Mais il nous faut trois coureurs de plus, de haut niveau, avec lesquels on est en contact. S’ils signent, on aura une équipe plus forte sur le papier. Notre but est de réduire un peu l’effectif, mais de garder des ambitions. »

 

Justement, quelles seront-elles ?

« On aimerait bien gagner le championnat de France sur route, après nos deux deuxièmes places (en 2015 et cette année, ndlr). Si on remporte une troisième fois le “Direct Vélo”, ce sera très bien. Mais si on finit troisième, ça ne sera pas très grave. Dans notre équipe, on ne met pas la pression à nos coureurs. C’est une bande de copains. Une équipe soudée et solidaire. On essaie de faire au mieux en se préparant de manière très pro, mais on n’a pas de pression particulière. »

 

« On est en contact avec un sprinteur »

 

Vous perdez Pierre Bonnet, futur retraité du peloton. Qui pourra le remplacer dans son rôle de capitaine de route ?

« Peut­-être Maxime Urruty. Il sent bien la course, comme Pierre. Même s’il est plus effacé, Mickaël Guichard, peut tenir ce rôle. Pareil pour Pierre Almeida, qui prend plus d’envergure cette année. Et puis, parmi les trois coureurs qu’on aimerait recruter, il y en a qui a tout à fait la carrure. »

 

Quel est le profil de vos futures recrues ?

« Il faut qu’ils soient complets. On aimerait aussi récupérer un sprinteur, parce qu’on sait que bon nombre de courses se gagnent au sprint en DN1. On est donc sur un sprinteur, sans savoir si ça va déboucher ou pas. Les deux autres coureurs avec lesquels on discute passent un peu partout. »

 

(*) Le classement par points des clubs amateurs français, établi sur l’ensemble de la saison.

 

Le point complet sur l'effectif :

Ils partent. Ils ne sont que deux à quitter le Team Pro Immo à ce jour, le Guadeloupéen Laviolette et l’Estonien Vendelin. Une perte minime pour l’équipe, vu le faible rendement de l’un et de l’autre, le premier s’avérant encore plus décevant que le second. Actuellement stagiaire pro chez Delko­-Marseille, Mickaël Guichard pourrait toutefois s’en aller aussi. L’Usselois espère encore décrocher un contrat pro.

Ils arrêtent. À croire qu’ils se sont passé le mot… Ils seront cinq à mettre fin à leur carrière cette année, sachant qu’Alexis Carlier (25 ans) a déjà stoppé le vélo en mai. Aux arrêts prévus de Sébastien Fournet­-Fayard (34 ans) et Pierre Bonnet (29 ans) sont venus s’ajouter ceux moins attendus de Maxime Roger (23 ans) et Florent Pereira (26 ans).

Ils arrivent. Au moins trois renforts, que Pro Immo peut faire signer durant la période des mutations, qui a débuté ce mardi et se poursuit durant tout le mois d’octobre. L’équipe auvergnate est en contact avec un coureur de Vendée U et un autre de l’AVC Aix­-en­-Provence. Elle conserve aussi une place dans son effectif au cas où l’un de ses anciens coureurs, actuellement pro, verrait son contrat ne pas être reconduit.

 

Raphaël Rochette

Commentaire