Actualité sportive en auvergne



Photo © Richard BRUNEL

Lavillenie aux "Europe" par équipe pour double compte

Renaud Lavillenie sautera pour deux, ce dimanche (15 heures), en Pologne, lors des championnats d’Europe par équipe. Désireux de donner encore un peu plus d’élan à sa trajectoire personnelle tout en alimentant solidement le compte des Bleus.

Sa dernière séance de perche « auvergnate », mercredi, avant de rejoindre le reste de l’équipe de France d’athlétisme partie pour la Pologne le même jour, ne l’a pas satisfait, c’est un euphémisme. Mais c’est un Renaud Lavillenie bien décidé à gonfler le capital points des Bleus lors de ces championnats d’Europe par équipes 2019 qui compte bien aligner les sauts à Bydgoszcz, ce dimanche, à partir de 15 heures.

 

Ceux de mercredi, donc, n’eurent pas le(s) résultat(s) escompté(s). Sans l’inquiéter pour autant. Car la source des déboires avait déjà été identifiée avant même le premier élan à 18 foulées de la matinée : « Rien de dramatique du tout. Juste de la fatigue, conséquence de la très mauvaise nuit que je venais de passer, et je n’ai pas vraiment pu passer outre », résume le perchiste clermontois, réfutant l’idée d’un petit coup de « moins bien » né de l’enchaînement de sa 8e semaine de préparation intense dont il avait été privé durant plusieurs mois. Et qui aurait pu être logique : « Franchement, rien à voir par rapport à cela », balaye celui qui a mis à profit sa dernière compétition, les championnats de France de Saint-Étienne pour, au­-delà d’un 16e titre hexagonal, confirmer sa progression de concours en concours, pour un plafond actuel de 5,85 m.

 

« J’ai quand même pu prendre des repères à 18 foulées »

 

Que l’intention première de Lavillenie est bien de repousser encore, dans deux jours, malgré ce mercredi mitigé : « Si je n’ai pas pu engager mes sauts comme je le voulais, j’ai quand même pu prendre des repères à 18 foulées. C’est profitable. »

Et permet au Clermontois de rester dans ses objectifs initiaux en Pologne : « Avant tout, apporter le maximum de points à l’équipe de France pour un podium a minima. Et à titre personnel, gagner cette compète face à, notamment, Lisek et si ça veut bien se mettre en place, aller chercher une performance au minimum à la hauteur de ce que j’ai fait récemment. »

Parti jeudi après une dernière séance de musculation, Lavillenie estime également que le temps sur place suffira alors à « refaire le jus » nécessaire pour aborder le sautoir, ce dimanche , dans les meilleures conditions.

 

Jean-Philippe Béal

 

FÉMININES. Trynkler.
Aujourd’hui licenciée à l’EC Orléans, la Montluçonnaise Elise Trynkler sera elle aussi présente à Bydgoszcz, au sein du relais 4 x 400 m de l’équipe de France féminine, en lice, dimanche, à 18 h 30.

Commentaire