Actualité sportive en auvergne



Photo © AFP

La situation du XV de France décryptée par trois entraîneurs auvergnats

Alors que le Coupe du monde de rugby débute dans six mois, le XV de France est en plein cauchemar. Après un Tournoi des VI Nations 2019 raté par les Bleus, nous avons interrogé trois techniciens auvergnats, Patrick Ladouce, Thierry Peuchlestrade et Fabrice Ribeyrolles, sur la situation actuelle de l'équipe de France et sur les solutions possibles pour redorer le bien pâle blason tricolore.

 

 

Patrick Ladouce (ancien entraîneur de Cournon) :Patrick Ladouce

La situation du XV de France :

« Tu t’identifies toujours à ton équipe nationale et aujourd’hui, les gens s’identifient plus à leur club qu’à l’équipe nationale. On ne reconnaît pas cette équipe de France, on ne sait pas où elle se situe. On n’arrive plus à s’enthousiasmer quand on la regarde. Et je pense que même les joueurs n’arrivent pas à prendre du plaisir. Et j’ai peur qu’on descende encore plus bas pendant la Coupe du Monde. Je ne veux pas être pessimiste mais imaginons qu’on ne sorte pas de notre poule, ce qui n’est jamais arrivé. Là, on aura touché le fond... »

 

Quelles solutions ? :

« Quand j’entends les anciens entraîneurs du XV de France dire que lorsque tu fais travailler les équipes à haute intensité, il y a des joueurs qui le supportent très bien, d’autres qui sont au maximum de leurs ressources et d’autres qui ne le supportent pas du tout… Ça montre que dans les clubs, ils ne travaillent pas du tout de la même façon. Le Top 14 prépare-t-il vraiment aux échéances internationales ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est qu’on avait pour ce Tournoi les meilleurs joueurs du Top 14 et il s’avère que ça n’a pas marché. (...) On est dans une situation catastrophique mais pas désespérée. Il faut sélectionner peut-être un groupe de joueurs restreint sur chacun des postes et les préparer à l’intensité des matchs internationaux. Et puis il faut créer de la cohésion dans le groupe. »

 

Quelle charnière à la Coupe du monde : Parra-Lopez ou Dupont-Ntamack ? :

« Parra, c’est un vrai leader. Un leader de jeu et un leader dans la performance et dans la recherche de la victoire, qui a de l’influence sur ses partenaires, alors que Dupont est quelqu‘un qui a des qualités personnelles pour créer l’incertitude. Après, quand il faut créer la cohésion, je trouve que Dupont a du retard sur Parra. La charnière Parra-Lopez se connaît bien, elle est expérimentée. Elle fait partie des éléments sur lesquels on doit s'appuyer pour la Coupe du monde. »

 

 

Thierry Peuchlestrade (entraîneur du Stade Aurillacois) :Thierry Peuchlestrade

La situation du XV de France :

« Il y a 20 ans, on craignait l’équipe de France, aujourd’hui, on en rigole presque. Et encore, on aurait pu tomber encore plus bas en perdant en Italie. Quand on voit la performance des Écossais, qui terminent derrière nous au classement, face aux Anglais… Dans ce Tournoi, on n’a jamais fait une performance comme celle-ci. On s’appuie sur des exploits individuels mais le collectif n’y est plus depuis un moment. Mais ça se comprend, avec les changements qu’il y a, le bordel qu’il y a. Mais le bordel, on le fout nous-mêmes. Cela part du président, tout le monde… Et tout retombe sur la tête du pauvre Brunel. »

 

Quelles solutions ? :

« Il y a eu Novès, qui est, à mon sens, l’un des plus grands entraîneurs qu’on ait eus et on a réussi à le virer. On a mis Brunel et maintenant on veut le virer ou l’associer à un autre. C’est trop facile. Il ne faut pas oublier que ce sont les joueurs qui jouent. A mes yeux, ce sont les seuls responsables. Pourquoi ne sont-ils pas performants ? Ça, en revanche, je ne sais pas, mais il y a sûrement une raison. Ce n’est pas parce que demain on va changer Brunel (il coupe). Il y avait Novès qui était très bien. Si on l’avait gardé jusqu’à la Coupe du monde, il aurait sûrement fait du bon boulot. Mais quand les egos des hommes perturbent le rugby français, c’est un peu le bazar quand même. Surtout quand on change les hommes sans raison. (...) Mais je pense qu’on a un avenir séduisant chez les jeunes. Quand je vois les Ntamack et tous ces joueurs qui arrivent, même les U20 qui ont fait un bon Tournoi des VI Nations, c’est encourageant. »

 

Quelle charnière à la Coupe du monde : Parra-Lopez ou Dupont-Ntamack ? :

« Demain, qu’on mette Pierre, Paul ou Jacques, ça ne changera à mon avis pas grand-chose. Le problème est bien plus profond. J’ai adoré Ntamack. Il a été décisif sur toutes les actions d’essais. Quand je vois des gamins comme ça… Après, Lopez, est un joueur fabuleux aussi. Est-ce qu’il faut mettre des vieux, des jeunes ? Je ne suis pas sélectionneur. Ce qui est important, c’est qu’on retrouve une certaine sérénité, de la confiance. Il nous faut une victoire qui nous fasse du bien et enchaîner deux ou trois bons matchs. »

 

Fabrice Ribeyrolles (entraîneur de l'ASM Romagnat) :Fabrice Ribeyrolles

La situation du XV de France :

« La situation est alarmante. Au-delà des résultats, c’est la manière dont l’équipe joue, ou ne joue pas surtout. C’est triste de voir notre équipe nationale en si mauvaise posture, incapable d’imposer des temps de jeu, de perdre tous les ballons. On est très loin des standards du très haut niveau, pourtant on a des bons joueurs. Quand je vois Parra et Lopez avec l’ASM, je les trouve très très bons et quand ils sont avec l’équipe de France, je les trouve perdus. Est-ce un manque de repères ? Un système de jeu inapproprié ou inadapté à l‘équipe de France ou tout simplement pas compris ? Mais ce n’est pas possible que ces joueurs, qui sont les meilleurs en Top 14, soient aussi transparents en équipe de France. »

 

Quelles solutions ? :

« Est-ce que les joueurs vont se recentrer sur eux-mêmes et essayer de s’en sortir entre eux ? Est-ce que l’apport d’un technicien reconnu, on parle de Fabien Galthié, peut apporter un plus dans la stratégie ? Je pense que ça peut être un plus pour reconstruire un jeu plus abouti, plus structuré, car j’ai du mal à comprendre comment joue cette équipe. Peut-être qu’avec son expérience, son regard extérieur, il peut apporter quelque chose et rassurer les cadres sur la stratégie de jeu. De tout façon, il faut faire quelque chose. »

 

Quelle charnière à la Coupe du monde : Parra-Lopez ou Dupont-Ntamack ? :

« Dupont et Ntamack, ce sont de très bons joueurs, mais Ntamack ne joue jamais dix en club et il occupe ce poste en équipe de France. J’ai du mal à comprendre qu’on puisse faire jouer un jeune à ce poste-là. Il est très talentueux, mais peut-être que pour gérer un match, c’est un peu plus compliqué. Dupont, il a d’énormes qualités individuelles, mais est-il un vrai animateur de jeu ? Sur les deux derniers matchs, je me pose la question. On a tiré sur Parra et Lopez pour un match loupé… Dans la gestion, dans le management, il y a des choses difficilement compréhensibles. Encore une fois, on n‘est pas à l’intérieur, il y a sûrement des choses qu’on ne connaît pas. »

 

Manuel Caillaud

Commentaire