Actualité sportive en auvergne



La gymnaste Maëva Rougemont (ASM Gymnastique), met un terme à sa carrière

À 19 ans, Maëva Rougemont a décidé de mettre les justaucorps au placard. Une sortie en beauté pour la Bourguignonne, qui s’est offert un titre de championne de France 2019 dans la catégorie Nationale B 18-20 ans. Après quatre années à s’entraîner sur les tapis de l’ASM Gymnastique, la lycéenne revient sur cette carrière, semée de blessures.

Une fillette passionnée, sur des tapis de gymnastique, cela peut paraître loin…

« Oui, en effet… Je suis tombée dedans à l’âge de trois ans. C’est à Montceau-les-Mines, en Bourgogne et ville où je suis née, que j’ai débuté ma carrière de gymnaste. J’ai ensuite commencé les compétitions à l’âge de six ans, puis, tout s’est enchaîné... J’ai fait plusieurs stages nationaux pour m’améliorer. Certains Pôles m’ont repéré, mais je ne me sentais pas prête. Mentalement, il faut être solide, et, surtout, il faut s’attendre à faire des sacrifices. 

Combien de clubs avez-vous connu en 16 ans de pratique ?

J’ai commencé au club de gymnastique de Montceau-les-Mines qui m’a beaucoup appris et apporté d’un point de vu sportif. À l’âge de 11 ans, j’ai déménagé à Clermont-Ferrand. J’ai donc quitté le club que j’avais toujours connu et qui m’a orienté vers d’autres structures susceptibles de m’apporter autant. Pendant trois ans, j’ai évolué à l’US Chamalières, club dans lequel j’ai beaucoup appris également. J’ai beaucoup progressé grâce à cette structure. Puis, à 15 ans, c’est un entraîneur que j’ai connu en stage qui m’a fait intégrer l’ASM Gymnastique, jusqu’à aujourd’hui.

"Avoir un mental d'acier" 

Quel bilan dressez-vous de votre carrière ?

J’en fait un bilan très positif. J’ai eu des moments de doutes, surtout pendant la saison 2017/2018. J’avais terminé sur la troisième marche du podium aux championnats de France. À ce moment-là, c’était difficile, je voulais arrêter. Mais, la gymnastique, c’est ma passion. J’ai pris le temps de réfléchir et j’ai continué encore une année. Je me suis forcée à avoir un mental d’acier cette saison et j’ai été récompensée de la meilleure des manières, en remportant les championnats de France dans ma catégorie. Je ne regrette absolument pas mon choix d’avoir continué. 

Vous avez connu de nombreuses blessures... Est-ce cela qui vous a poussé à mettre un terme à votre parcours ?

Oui, j’ai finalement décidé d’arrêter cette année, déjà, par rapport aux blessures que j’ai eues tout au long de ma carrière. Mon corps avait de plus en plus de mal à suivre. Au-delà des petits problèmes aux genoux et autres que j’ai pus avoir, j’ai eu le déclic après une grosse blessure au niveau du dos, qui m’a un peu fait peur. Et à côté de ça, les relations avec le club, ces deux dernières années, ont été de plus en plus tendues, ce qui m’a aussi mené vers la sortie.

Et maintenant, quels sont vos nouveaux objectifs ?

Pour l’instant, je ne sais pas vraiment où placer le sport dans mon avenir. Mais, une chose est sûre : la gymnastique de haut niveau, c’est terminé. Cette année, je passe mon baccalauréat professionnel en gestion et administration. Je me consacre à ça. Et puis, on verra bien où je me trouverai l’année prochaine. Et si j’aurais envie de reprendre ou non un sport. »

 

Pauline Benard

Commentaire