Actualité sportive en auvergne



Photo © locale

Kevin Ménaldo participe à l'émission Ninja Warriors sur TF1

Vendredi 19 juillet à 21 heures sera diffusé le troisième numéro de la quatrième saison de Ninja Warriors sur TF1. Un parcours suspendu au-dessus de l’eau et parsemé d’obstacles auquel Kevin Ménaldo, médaillé de bronze européen en 2014 à la perche, va participer.

Fraîchement retraité, cet ancien perchiste qui a fréquenté les sautoirs clermontois pendant sept ans n’en a pas fini avec les sensations fortes. À 27 ans, il fait partie des 200 candidats qui vont tenter leur chance dans l’émission Ninja Warriors, le parcours des héros retransmise vendredi soir sur TF1.

Une course chronométrée, semée d’embûches et réservée à des sportifs de haut niveau, la recette idéale pour séduire Kevin Ménaldo : « Je connaissais l’émission et j’ai toujours été un casse-cou. Quand ma fédération m’a proposé de participer, j’ai accepté tout de suite. »

Esprit de compétition

Si l’émission Ninja Warriors est un divertissement, Kevin l’aborde comme une vraie compétition avec l’envie de se dépasser : « Cette course requiert de grandes qualités, à la fois physiques et mentales. Ce n’est pas Intervilles ! » plaisante-t-il.

Ancien perchiste, il reconnaît que son aisance dans les airs et son sens de l’équilibre seront des atouts. Mais attention, il ne se considère pas favori : « Les candidats qui ont fait de l’escalade ont une petite longueur d’avance, tout comme les vieux loups de l’émission, qui connaissent déjà le parcours pour l’avoir fait plusieurs fois. »

Une ambiance détendue

Aucun participant ne peut s’exercer au préalable sur le parcours. Heureusement, certains distillent de précieux conseils : « Les anciens candidats nous aiguillent, l’ambiance est super. Il y a un peu de pression, surtout pour ceux qui n’ont pas l’habitude du public. »
Le dernier obstacle est un mur incliné de 5 mètres 50. Si Kévin le franchit, il ira directement en finale. « Mais cette fois-ci, je n’aurais pas ma perche pour le sauter » sourit-il. 

 

Paul Tilliez

Commentaire