Actualité sportive en auvergne



Photo © JEFF PACHOUD

Coupe de France : Andrézieux, un exploit "made in" Clermont

Andrézieux a créé l’une des sensations du week-end en éliminant Marseille (2-0) dimanche. Un exploit auquel ont pris part huit anciens du Clermont Foot dont le coach Jean-Noël Cabezas.

« C’ est un peu la victoire de Clermont aussi ». Voilà la réponse que Jean-­Noël Cabezas, l’entraîneur d’Andrézieux, a envoyée à Claude Michy, le président du Clermont Foot qui lui a adressé un message de félicitations après la victoire retentissante de son équipe face à Marseille, dimanche en Coupe de France (2­-0).


 

Jean-­Noël Cabezas est resté dix-­sept ans (de 2000 à 2017*) au Clermont Foot comme joueur puis comme entraîneur. « Je dois beaucoup au club où les présidents m’ont toujours laissé travailler », avance l’intéressé toujours reconnaissant. Il avait pourtant été écarté du staff de l’équipe pro de manière brutale par Corinne Diacre quelques semaines après son arrivée en 2014. Cette éviction avait été mal vécue au sein du club où Cabezas était très apprécié.

 

D’ailleurs, beaucoup d’anciens joueurs ou de dirigeants ont fait le déplacement dimanche dans le Chaudron. Beaucoup d’autres lui ont envoyé des SMS de félicitations.

 

Sept anciens Clermontois sur le terrain dont six titulaires

 

Dimanche sur la pelouse de Geoffroy-­Guichard, il y avait aussi sept joueurs, dont six titulaires, qui avaient porté le maillot du Clermont Foot chez les jeunes sans parvenir à intégrer le groupe professionnel : Souleiman Djabour (30 ans), Charly Pereira Lage (25 ans), Vincent Felder (22 ans) , Christopher Desmartin (23 ans), Maxime Aguad (22 ans), Lenny Léonil (20 ans) ainsi que le fils du coach Noé Cabezas (19 ans). Hormis ce dernier, Jean-Noël Cabezas les a tous entraînés soit en U19, soit avec la réserve. Il connaissait parfaitement leurs qualités et leur mentalité. Hormis Desmartin, qui était déjà au club, il les a contactés à l’intersaison et n’a pas eu besoin d’insister beaucoup pour les convaincre de venir (re)travailler avec lui. « Je savais que c’étaient de bons joueurs avec une mentalité irréprochable », avance Jean-­Noël Cabezas.

Après un début de saison délicat, la mayonnaise a pris. En championnat, Andrézieux (actuellement, 6e à 6 points du leader), s’est relancé. Aujourd’hui, ces anciens Clermontois viennent de connaître leur quart d’heure de gloire. Longtemps dans l’ombre, Jean­-Noël Cabezas se retrouve enfin en pleine lumière. C’est mérité.

 

Didier Cros

 

(*) La saison dernière Jean-­Noël Cabezas entraînait Fréjus Saint-Raphaël avant de rejoindre Andrézieux l’été dernier.

Commentaire