Actualité sportive en auvergne



Photo © Thierry LINDAUER

Clermont Foot : Les raisons de la belle série

S’il ne perd plus depuis onze matchs en Ligue 2, le Clermont Foot n’a pas renié ses principes et s’appuie toujours sur un Grbic décisif. Mais par rapport aux treize premières journées, l’attaquant autrichien est moins seul dans un collectif plus solide.

Ça a changé

Plus solide derrière. Les quinze buts encaissés lors des quatorze premières journées faisaient tache. Depuis, le Clermont Foot est devenu beaucoup plus hermétique, avec huit buts pris lors de ses onze matchs sans défaite. Outre les automatismes du collectif, forcément plus présents, Maxime Dupé a aussi sa part de responsabilité dans ces stats. Le portier clermontois, en moyenne, fait un arrêt de plus par match (4 contre 3), alors qu’il subit autant de tirs cadrés (3,7).

(Un peu) moins dépendant de Grbic. L’attaquant autrichien est toujours aussi performant (voir par ailleurs). Mais le Clermont Foot dépend (un peu) moins de ses performances. Lors des onze derniers matchs, il a marqué la moitié des buts de l’équipe, contre 57 % avant. La semaine dernière, il n’a inscrit « qu’un » penalty et ça n’a pas empêché le CF63 de prendre sept points. Et depuis la défaite face au Mans, six Clermontois ont marqué, à part lui. Un de plus que lors des treize premières journées.


Ça n’a pas changé

Les principes de jeu. En terme de possession, les stats clermontoises sont les mêmes entre les treize premières journées et les onze dernières?: 54 %. Même chose pour le nombre de passes par rencontre?: 552 maintenant, contre 572 avant. Clermont reste fidèle à des principes bien ancrés.

Grbic toujours décisif. Même en étant moins dépendant de son buteur, Clermont lui doit encore beaucoup depuis onze journées. Buteur à huit reprises lors des treize premières journées, Adrian Grbic a bien contribué à la bonne série clermontoise, grâce à huit buts de plus (et deux passes).

 

Laurent Calmut

Commentaire