Actualité sportive en auvergne



Photo © MARQUET Frédéric

Championnats de France cadets-juniors : l'Auvergne avec de forts potentiels

Décidément, cette année 2019 ! Dans la continuité des championnats de France précédents, celui des cadets-juniors subit l’érosion générale. Treize Auvergnats montent, ce week-end, à Liévin.

Un nombre de basses eaux, loin de la belle déferlante à 31 qualifiés de 2015. Numériquement, l’actuelle saison se distingue comme la plus mauvaise depuis 2010 et son piteux record à 11 qualifiés. Certes, la délégation auvergnate ne pointait qu’à 15, l’an dernier, mais elle revenait de Val-­de-Reuil avec 4 médailles de bronze et 3 places de finaliste pour 3 clubs présents. Un préalable important, au regard de la provenance des athlètes du millésime, tous issus du Clermont Athlétisme, l’Allier s’établissant grande absente de la distribution.

Heureusement, l’Auvergne possède un potentiel. Et ses jeunes leaders peuvent prendre des médailles à l’Arena Stade couvert Liévin. Les cadets particulièrement avec, d’abord, le seul tenant de la meilleure perf d’engagement, Bryan Mucret et son saut à 7,20 m. Position qui ne donne pas concours gagné au cadet stadiste mais celui-­ci sait comment assurer son rang, ce samedi après-­midi. Avant son tour de piste, dimanche, exercice qui peut le voir intégrer la finale.

Une médaille plus une place de finaliste, un autre cadet s’en annonce capable : Sasha Zhoya. Débarqué à Clermont il y a une dizaine de jours, le Franco-­Australien s’est offert 6 séances de perche avec Philippe d’Encausse. Sa 4e perf (4,76 m) masque sa capacité à prendre l’or, voire titiller le record de France cadets (5,31 m), dès 13 heures. Et sa vitesse sur les haies s’avère susceptible de l’emmener en finale, en matinée dimanche.

Les juniors possèdent également des arguments. À la perche, bien sûr, grâce à Wilfrid Bambock dont les 4,82 m (6e perf) ne tiennent compte ni de sa participation au Perche Élite Tour ni du retour de ses sensations. Sur 800 m aussi, où les coureurs du CAA Bastien Fouilhoux et Jordan Terrasse peuvent ensemble apporter leur grain de sel à une finale où les 5 premiers sur le papier se tiennent en 1 seconde. Quant aux haies, elles peuvent, avec Nathan Nsakala, s’il confirme son chrono sous les 8 secondes (7’’94) abonder le compte des finalistes. Plus, si tout voulait sourire, le relais 4 x 200 m filles.

Commentaire