Actualité sportive en auvergne



Photo © BOILEAU FRANCK

ASM : Slimani a montré qu'il était le patron

La saison de l'ASM 2018-2019 s'est achevée sur un titre européen et une défaite en finale de Top 14. L'occasion de dresser le bilan, joueur par joueur, sur ceux qui se sont illustrés - ou pas - dans cette saison post traumatique. Troisième volet : les piliers droits.

Rabah Slimani :

Si la mêlée clermontoise est redevenue un édifice cette saison, le Sarcellois n'y est vraiment pas étranger. Il avait réalisé une première saison satisfaisante dans le marasme collectif de l'ASM. En 2018-2019, l'international tricolore a montré au staff des Bleus qu'il était le premier nom à cocher chez les piliers pour partir au Japon. S'il y avait une performance à retenir ? Celle contre Lyon, en demi-finale de Top 14, où il a littéralement "tordu" Chaume et permis à Clermont d'avoir des munitions supplémentaires. Un roc qui va terriblement manquer en début de saison. 

Sa moyenne (noté à 17 reprises*) : 6,18 (rédaction), 6,14 (internautes).

Davit Zirakashvili : 

Quand Slimani sort du terrain, c'est bien souvent Dato qui entre en jeu pour finir de mettre au supplice le pilier gauche adverse. Le monument géorgien devrait terminer sa pige de 14 ans à l'ASM à la fin de la prochaine saison (2004-2020). Son temps passé sur les pelouses (14 titularisations contre 11 l'an dernier), à 36 ans, atteste de sa grande utilité. Et son expérience est inquantifiable. Il devra également assurer en début de saison prochaine en l'absence de Slimani (Mondial).

Sa moyenne (noté à 14 reprises*) : 6,11 (rédaction), 5,89 (internautes).

Mickaël Simutoga :

Il a été utile à Franck Azéma et son staff en fin de saison pour assurer la rotation. Notamment lors de la victoire bonifiée à l'extérieur au Stade Français (41-25), importante dans la conquête à la deuxième place. Son départ à Grenoble (Pro D2) est peut-être précoce pour un jeune élément à ce poste (22 ans). Il n'est néanmoins jamais parvenu à bousculer la hiérarchie depuis son passage chez les professionnels.

Sa moyenne (noté à 7 reprises*) : 4,93 (rédaction), 4,88 (internautes).

Sipili Falatea :

Un pilier avec beaucoup de potentiel. Habile avec le ballon, franchisseur, défenseur : son profil est unique à ce poste. Son essai lors du premier match contre Agen résume bien ses qualités (voir ci-dessous). Il est un élément d'avenir et devra grappiller plus de temps de jeu pour parfaire son expérience, notamment dans le secteur de la mêlée.

Sa moyenne (noté à 3 reprises*) : 5,66 (rédaction), 5,8 (internautes).

(*) Pour être notés, les joueurs devaient disputer au moins 40 minutes d'une rencontre.

 

 

Nicolas Canizares

Nos bilans précédents :

- Les piliers gauches

- Les talonneurs

Commentaire