Actualité sportive en auvergne



Photo © Rémi DUGNE

ASM - Lyon : le carnet de notes

L'ASM a infligé au leader lyonnais sa première défaite de la saison, ce dimanche, au Michelin (24-15). Clermont a pu s'appuyer sur le pied de Jake McIntyre et sur l'abattage impressionnant d'Alexandre Lapandry.

Falgoux (5,5) : il a fait le travail en mêlée fermée. Et il l’a plutôt bien fait. Il s’est fait pénaliser une fois sur les nombreuses mêlées disputées. Assez discret offensivement. Remplacé par Uhila à la 70e minute.

 

Ulugia (5,5) : il a été plutôt efficace en défense et a signé deux courses tranchantes. En touche, il a connu un échec sur dix lancers. Il a cédé sa place à Tadjer (70e).

 

Zirakashvili (5) : le Géorgien a rencontré quelques difficultés en mêlée fermée, où il s’est fait pénaliser à deux reprises (27e, 44e). Du mieux sur la deuxième partie de la rencontre, où il a poussé Gomez Kodela à la faute. Il s’est montré disponible sur le plan offensif. Il perdu un ballon au contact, arraché par Bastareaud (19e). Il signe une bonne défense sur Couilloud en début de seconde période (42e). Remplacé par Falatea à dix minutes de la fin.

 

Jedrasiak (5,5) : un peu moins en vue que son compère de la deuxième ligne. Mais il a tout de même livré une prestation très correcte. Notamment en défense. Il a cédé sa place à Merrick à la 70e.

 

Timani (6,5) : en défense, il n'a pas laissé sa part aux chiens. Il a enchaîné les interventions efficaces. Il s'est également montré disponible sur le plan offensif.

 

Cancoriet (5,5) : il a fait le travail en défense. En revanche, il a été très discret en attaque. Remplacé par Levave à la 54e minute.

 

Lapandry (7) : le Clermontois le plus en vue ce dimanche. Le troisième ligne s'est envoyé en défense, en multipliant les plaquages. Un véritable mur. Offensivement, il n'a pas hésité à se proposer. Précieux également en touche. 

 

Lee (6) : certes il y a eu ces deux pénalités concédées et ces deux en-avant commis. Mais quelle débauche d'énergie en défense, à l'image de ce ballon gratté au sol (18e).

 

Parra (6) : à la fin du match, Franck Azéma a salué le travail de la charnière. Et Morgan Parra n'y est pas étranger. Un bon match de la part du capitaine clermontois, qui a su composer avec les conditions délicates. Il n'a pas hésité à aller mettre le nez dans les rucks.

 

McIntyre (6,5) : grâce à un très bon 8/9 face aux perches, il a inscrit tous les points de son équipe. Au-delà de sa réussite au pied, l'ancien Agenais a parfaitement conduit le jeu de son équipe, même si, à deux reprises, il s'est peut-être débarrassé un peu trop vite du ballon au pied (18e et 52e).

 

Ezeala (5,5) : l'ailier s'est surtout distingué par son adresse sous les chandelles, où il n'a échappé aucun ballon. Une sacrée performance vu le temps ! Dans le jeu, le jeune Clermontois n'a pas eu l'occasion de se mettre en évidence, les ballons n’arrivant pas sur les ailes.

 

Naqalevu (5,5) : de retour de suspension, le Fidjien a montré des choses intéressantes. En attaque, ses charges ont fait mal aux défenseurs lyonnais. Souvent pointé du doigt pour ses maladresses, il s’est cette fois montré précis malgré des conditions compliquées. Solide en défense également. Remplacé par Moala à la 75e.

 

Toeava (5) : le trois-quarts centre a touché assez peu de ballons. Mais il a bien négocié les quelque qui lui sont parvenus. À son actif, un très joli coup de pied par dessus pour Betham.

 

Betham (5) : l’Australien n'a pas hésité à déserter son aile pour aller chercher les ballons dans la ligne d’attaque, surtout en première période. L’ailier a tenté mais n’a jamais réussi à trouver la faille dans la défense du LOU. 

 

Abendanon (5) : il se fait devancer par Nakaitaci sous le seul véritable jeu au pied de pression qu'il a eu à négocier (43e). En raison des conditions climatiques, l’ancien joueur de Bath n'a jamais relancé. Il s'est contenté de jouer au pied, comme sur cette chandelle mal négociée par Bastareaud, qui débouchera sur le deuxième carton jaune de Gill (57e).

 

Pour donner vos notes, cliquez ICI

 

Manuel Caillaud

Commentaire