Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

ASM : la Coupe du monde n’est pas sans conséquence sur l’équipe Espoirs

Dimanche débute le championnat des Espoirs, avec pour l’ASM un déplacement à Bordeaux (15 heures). Animés par le désir de bien figurer dans la compétition et la nécessité d’alimenter le groupe pro, les responsables doivent jongler avec les joueurs. 

Coupe du monde oblige, un club pourvoyeur des différentes sélections, comme Clermont, a naturellement besoin d’avoir sous le coude encore plus de jeunes susceptibles d’être compétitifs en Top 14. Cette politique est inscrite dans l’ADN du club auvergnat, mais elle n’est pas sans conséquence sur l’équipe Espoirs qui va attaquer sa saison et son championnat ce dimanche (15 heures) à Bordeaux-Bègles. 

De quels joueurs vont pouvoir disposer Adel Fellah et Philippe Gauran, les coachs des moins de 21 ans (nouvelle tranche d’âge des Espoirs cette saison) sur les premières journées (septembre et octobre) ? Sachant qu’une bonne dizaine de ces jeunes joueurs sont à la disposition, quasi exclusive, des pros pour les entraînements, voire les matchs depuis le 17 juillet.

 

Nette priorité aux exigences du groupe professionnel

 

« C’est en effet une belle gymnastique, reconnaît Bertrand Rioux le patron de la formation à l’ASM. En termes d’effectif, c’est un peu juste et il va falloir se gratter la tête pour composer une équipe. Après, c’est pour ça qu’on bosse, que les jeunes montent en pros. Cette période, à la fois compliquée et excitante, est une belle fenêtre pour nos jeunes. Et puis, il y a un effet dominos avec d’anciens Crabos qui vont aussi avoir leur chance en Espoirs ».

Seulement, privée sans doute régulièrement dans les deux mois à venir de ses meilleurs joueurs, l’ASM Espoirs (et d’autres clubs impactés) va participer à une compétition un peu dévaluée. « Oui, ça dénature un peu la compétition, admet Bertrand Rioux. Le constat vaut aussi pour le Top 14 qui est quand même bien dénaturé par la Coupe du monde. »

 

Dessaigne, Tiberghien, Vichy, Lemardelet… dans la salle d'attente

 

Sans dire que le championnat Espoirs sera sacrifié cette saison, à Clermont on veut profiter de l’occasion pour jouer encore plus la carte jeune. Pas certain néanmoins que ceux qui transpirent depuis de longs mois avec les pros connaissent tous le bonheur d’un baptême du feu. Pour l’heure, Clément Lanen, Marc Palmier, Tani Vili, Léo Treilles, Donovan Taofifenua ont eu un peu de temps de jeu, en Top 14 ou en match de préparation.

D’autres sont dans la salle d’attente, comme Lucas Dessaigne, Cheikh Tiberghien, Thibault Vichy, Max Lemardelet… Certains devraient redescendre en Espoirs les week­-ends pour jouer en championnat. Mais le danger de voir un jeune s’entraîner… et ne pas jouer ou très peu, existe. « Je ne sais pas ce que Franck Azéma et son staff décideront chaque semaine, mais je pense que les joueurs qui ne seront pas mobilisés par les pros et à des postes bien pourvus, devraient être laissés à la disposition des Espoirs. » 

A Clermont, cette situation particulière en période de Mondial a été anticipée depuis longtemps. Pour le bien­-être du groupe professionnel… pas forcément pour le confort de l’équipe Espoirs.

 

Christophe Buron

Commentaire