Actualité sportive en auvergne



Photo © AFP

ASM : Azéma donne des nouvelles des blessés

Dans ce match ébouriffant entre Toulouse et Clermont (47-44), l’ASM a perdu quelques forces. Alexandre Fischer, John Ulugia et Yohan Beheregaray ont dû quitter leurs partenaires de façon prématurée. En conférence de presse, Franck Azéma, le directeur sportif clermontois, a donné des nouvelles de ses joueurs tout en pointant du doigt un arbitrage trop laxiste à son goût.

Sortis sur protocole commotion, Alexandre Lapandry et Tim Nanai-Williams ont finalement pu reprendre leurs places après avoir satisfait aux conditions du test médical HIA 1. Alexandre Fischer, John Ulugia et Yohan Beheregaray n’ont, eux, pas pu revenir en jeu pour d'autres types de blessure.

Le premier « s’est déchiré les ischios jambiers », selon son coach, au soutien d’un ruck. Il a dû céder sa place à Fritz Lee à la 22e minute. Son indisponibilité pourrait s’étendre sur plusieurs semaines. John Ulugia, lui, souffre d’une « petite entorse du genou », mais Franck Azéma s’est voulu rassurant en précisant que ce n’était « pas grand chose ».

Evacué sur civière après un plaquage à l’épaule de Tekori, Yohan Beheregaray a d’abord inquiété. « Il est touché au niveau des cervicales, j’espère que ce n’est pas grave. Honnêtement, je n’ai pas eu plus de retours », expliquait Franck Azéma après la rencontre. Depuis, Yohan Beheregaray a tenu à rassurer tout le monde en postant sur son réseau Instagram une photo de lui indiquant : « plus de peur que de mal ».

Il n’empêche que Franck Azéma n’était pas satisfait des décisions de Romain Poite, l’arbitre de la rencontre. Notamment, sur le degré des sanctions. « Je pense que le carton jaune  (infligé à Tekori sur la charge illicite sur Beheregaray, NDLR) est un peu léger. Sur l’essai de Peceli (Yato), il y a aussi une belle cravate sur Wesley (Fofana) et l’arbitre ne demande pas la vidéo… Voilà, il y a eu deux ou trois situations dans le genre qui n’ont pas été sanctionnées alors qu’elles l’ont été dans les autres matchs du week-end. On n’est pas tous arbitrés de la même façon », pestait-il.

 

Vincent Balmisse

Commentaire