Actualité sportive en auvergne



Photo © BOILEAU FRANCK

Chamalières : Gates passe la main, Amana-Guigolo reste

Le VBC Chamalières a réglé le dossier concernant le secteur de la passe. Le club conserve Yolande Amana-Guigolo. En revanche, Kathleen Gates a décidé de mettre sa carrière entre parenthèses pour se consacrer à de nouveaux projets professionnels.

L’une reste, l’autre arrête... pour le moment. Une page se tourne au VBC Chamalières (Ligue A Féminine). La passeuse américaine Kathleen Gates a en effet décidé de faire une pause, pas officiellement définitive d'ailleurs, dans sa carrière de joueuse professionnelle. En revanche, le club conserve Yolande Amana-Guigolo. La passeuse camerounaise évoluera toujours à Chamalières la saison prochaine, avec le statut de numéro 2 derrière la recrue néerlandaise Nynke Oud.

Yolande Amana-Guigolo (numéro 3) évoluera une troisième saison à Chamalières.

Il était acquis depuis plusieurs semaines que le club auvergnat ne repartirait pas avec la même doublette de passeuses. Le scénario le plus poussé prévoyait même d’installer un nouveau duo pour orchestrer le jeu de l'équipe. Finalement, Chamalières a opté pour un compromis en conservant Yolande Amana-Guigolo qui évoluera une troisième saison au VBCC sous les ordres d’Atman Toubani.

La plus Auvergnate des Américaines

Pour Kathleen Gates, la parenthèse consacrée au volley se referme donc pour le moment. Après quatre saisons en Auvergne où elle sera devenue une pièce maîtresse sur le terrain et surtout une joueuse unanimement appréciée en dehors, elle a donc décidé de donner une nouvelle orientation professionnelle à sa vie. A bientôt 30 ans, la plus Auvergnate des Américaines veut en effet relever de nouveaux défis et se lancer dans d'autres projets.

« Ce n'est pas une décision facile, mais je suis plutôt à l'aise pour la prendre, reconnaît-elle depuis son confinement à Chamalières. J'aime bien les challenges et faire des projets. C'est une pause et peut-être pas un arrêt définitif. Malgré ma décision, j'ai eu des offres de clubs d'Elite. Dans un premier temps, je vais continuer à enseigner l'anglais à la faculté de Clermont. Ensuite, j'ai des projets tournés vers le tourisme notamment. En France, j'ai trouvé ma liberté et ma propre voie ».

Kathleen Gates enseignait déjà l'anglais à la faculté de Clermont-Ferrand tout en jouant avec Chamalières. Dès que les cours reprendront, elle continuera cette activité. Mais elle a également d'autres projets, notamment dans le tourisme.

Formée à l’Université de Géorgie (2008-2011), Katheen Gates avait ensuite tenté le pari de jouer en Europe. Sa première expérience la conduit à Aprilia en Italie. La suite de sa carrière se passera en France où elle arrive en 2013 et où elle ne pensait pas rester aussi longtemps. Un pays dont elle maîtrise parfaitement la langue aujourd'hui, dont elle apprécie l'art de vivre et où elle veut bâtir. Son intention de demander la nationalité française n'en est que plus logique et légitime.

Dans l'hexagone, celle que tout le monde appelle Kate a évolué à Sens (2013-2015), puis à Quimper (2015-2016) en Elite Féminine, avant de rejoindre Chamalières (2016-2020). Sa première saison en Auvergne sera marquée par le succès. Elle remporte la finale de la Coupe de France amateur féminine (2017) à la Maison des Sports et devient championne de France Elite. Le VBCC retrouve alors la Ligue A Féminine où Kate évoluera comme titulaire au plus haut niveau.

Cinq arrivées bientôt officialisées

Après la poursuite de Christelle Tchoudjang-Nana (pointue), Alex Merle (libero), Estelle Adiana (réceptionneuse-attaquante) et donc Yolande Amana-Guigolo (passe), ainsi que les arrivées de la libero Juliette Gelin (France Avenir 2024) et de la passeuse Nynke Oud (Wiesbaden), Chamalières a fait un peu plus de la moitié du chemin en ce qui concerne la construction de sa future équipe.

Juliette Gelin, libero de France Avenir 2024, s'est engagée avec Chamalières pour la saison 2020-2021. PHOTO NANTES MEDIA

Dans le contexte actuel, il faut toutefois faire preuve de prudence. Pour la saison 2020-2021, dont on ne connaît pas encore les contours (nombre d'équipes, date de reprise...), le VBC Chamalières devrait repartir sur les mêmes bases en ce qui concerne sa masse salariale. Son recrutement est toutefois bouclé et devrait être officialisé dans les prochains jours. Cinq joueuses, trois centrales et deux réceptionneuses-attaquantes, ont signé avec Chamalières.

 

Jean-François Nunez

Commentaire