Actualité sportive en auvergne



Photo © Archives Richard Brunel

Stade Clermontois : Mezure dresse le bilan

Quatre à la suite. Comme le nombre de défaites par lesquelles le Stade Clermontois aura bouclé sa saison. À Castelnau (80-71), pour la dernière. Bilan avec le coach Thomas Mezure.

Rentré tard, le Stade. De son énième déplacement lointain, poule du Sud-Ouest oblige, dans la nuit de samedi à dimanche. Rentré tard, aussi, dans sa partie à Castelnau, la dernière de la saison (défaite 80-71). Rentré dans le rang au final, aussi (8e), au fur et à mesure de ses récurrentes défaites hors Fleury, pour boucler un championnat décevant, le coach Thomas Mezure en convient.


Un dernier revers à l’image de la saison ? 

« À l’image de ce qu’on a fait à l’extérieur, en termes d’irrégularité, en alternant toujours le bon et le moins bon. Cette fois, on est mal entré dans le match donc on a couru derrière le score. D’autres fois, on a eu du mal à finir. On n’a pas assez fait preuve de constance dans l’envie de faire des choses ensemble. Ce n’est pas un manque de volonté mais ce qui nous a manqué, cette saison, c’est une envie collective de chaque instant. Par séquences, on l’a eue, comme lorsqu’il fallait combler un écart mais ça n’a pas été suffisant…  »

Quels auront été les tournants de cette saison ? 

« En fait, en perdant à Mont-de-Marsan dès la première journée chez un futur relégué, même si on ne le savait pas encore, on s’est quasiment tiré une balle dans le pied. Après, lors de la phase aller, on avait à se déplacer chez les premiers, deuxième et troisième, perdre là-bas, ce n’était pas si mauvais en soi en prévision de la phase retour car on n’avait pas de gros point-averages à remonter : à Brissac (1 er), on tient 38 minutes à 7 et on explose lors des deux dernières?; à Angers (2 e), on rate nos deux premières minutes mais on fait jeu égal derrière?; à Marmande (3 e), à 10” de la fin, on n’est encore qu’à -3… En sachant qu’on aura réussi à rester invaincus chez nous jusqu’à notre dernier match contre Angers mais après deux prolongations…  »

Bien évidemment, le bilan est négatif… 

« Oui. Le bilan de ce cycle de trois saisons est celui-là : on termine la première où il fallait qu’on stoppe la spirale de descentes, à la 5 e place, avec 14 victoires et 12 défaites, sans avoir eu tous nos joueurs à 20 jours du début de championnat?! La deuxième ( 3e), destinée à construire avec l’arrivée de David ( Melody), on la commence mal à cause de nombreuses blessures mais on termine premiers de la phase retour et sur un 16-10, c’est cohérent. Pour la troisième, avec un bilan négatif de 12-14 dont quatre défaites consécutives, alors qu’on avait annoncé essayer de monter, l’objectif est raté… Mais je tiens à préciser que les gars n’ont pas lâché : pour preuve, Angers. Et j’ai aussi trouvé le niveau général plus élevé cette saison que les deux précédentes quand on voit que Frontignan descend avec 10 succès. De notre côté, on a fini à 8 joueurs et un 9 e quand on pouvait. Sans revenir dessus, l’arrêt en cours de saison de Benjamin ( Rey) ne nous a pas aidés. Mais il est vrai que l’entente, réelle, des garçons hors du terrain, ne s’est pas retrouvée sur le terrain, là où ça se joue. Là, j’assume, bien sûr, ma part de responsabilité…  »

Et maintenant ? 

« Les joueurs et le staff sont à la disposition du président ( Jean-François Besse). Dès qu’il voudra nous voir et évoquer son projet, on sera là. Mais je pense qu’il faut qu’on soit nombreux au Stade, à se mettre autour de la table, pour discuter, sur ce qu’on veut faire, et avec quels moyens. Discuter pour avancer est impératif…  »

Commentaire