Actualité sportive en auvergne



Basket NF3
Photo © Émeric Enaud

La NF3 tend les bras à la JAV

Sur le parquet, les Vichyssoises ont gagné le droit de monter à l’échelon supérieur. En coulisses, le club se donne le temps de la réflexion avant d’engager, ou non, son équipe en N3.

Elles l'ont fait au moment où on s'y attendait le moins. Les filles de la Jeanne d'Arc Vichy (JAV) ont empoché leur billet pour la division supérieure après deux saisons à avoir échoué aux portes de la Nationale 3.

Contrairement aux deux exercices précédents, les dirigeants de la JAV n'avaient pas assigné d'objectif en début de championnat à Franck Cifarelli et à ses joueuses.

Trop d'incertitudes, notamment dans l'effectif, après l'arrêt ou le départ de plusieurs cadres (Laurène Bost, Ludivine Lapierre, Marion Poux et Magali Padilla).

L'alliance de l'expérience et de la jeunesse


« En plus, on était dans une poule de brassage relevée avec la présence de Cournon, l'ASM, Clermont Basket ou encore Cournon », observe Franck Cifarelli. Très vite, pourtant, l'équipe thermale a trouvé une belle cohésion sur le parquet, autour de Laurie Valdeavero, arrivée de Marseille – où elle a évolué en N1 – pour raisons professionnelles et des anciennes Myriam Savin et Blandine Roumeau.

« La mayonnaise a pris avec les jeunes comme Manon Di Cioccio, Pauline Bonjean, Clothilde Jonard. Marine Bresson s'est aussi affirmée dans son rôle de meneuse », précise le coach. Les résultats ont été immédiatement au rendez-vous : une seule défaite (à Cournon) lors de la première phase du championnat. « Le maintien assuré, on a joué sans pression », note Franck Cifarelli. La deuxième partie de la saison s'est poursuivie sur le même rythme avec un unique faux pas à Saint-Jacques – il reste encore un match à jouer – et une montée validée dès la 10e journée.

Si l'équipe féminine a gagné le droit de monter, le club s'est donné jusqu'à la fin du mois de mai avant de valider sa présence en N3 la saison prochaine. « Il ne faut pas faire n'importe quoi. Il faut faire le point avec les joueuses, essayer d'avoir une équipe compétitive, aborder la question du budget », explique Franck Cifarelli, qui vit sa 7e saison sur le banc de la JAV. Le club veut éviter de connaître la même galère qu'Issoire (2 petites victoires en 22 matchs) cette année.

Commentaire