Actualité sportive en auvergne



Plus Auto-Moto
Photo © DR

Moto : Nangeroni, dernier grand défi

À 54 ans, Sergio Nangeroni ne coupe pas les gaz, loin s’en faut. Le pilote de Parentignat se lance même un dernier grand défi : s’étalonner en championnat de France superbike.

C'est inscrit dans son ADN. Sergio Nangeroni se définit comme « un homme de défi ». Et c'est un grand challenge, « un truc un peu insensé », que se lance le pilote vétéran installé à Parentignat, en s'inscrivant pour la première fois en championnat de France de superbike.

L'enseignant en histoire-géo au lycée professionnel de Brassac approche gentiment de l'âge de la retraite (il aura 55 ans dans deux mois), mais il n'est absolument pas sur les freins s'agissant de sa passion pour la compétition moto. « J'ai toujours le même feu sacré et je continue à batailler contre des petits jeunes aux dents longues », assure le plus vieux pilote des derniers 24 Heures du Mans.

Depuis cinq ans, Sergio Nangeroni roulait sur une Aprilia RS 24 en European Bike, formule dont il était un des animateurs, avec plusieurs top 10 à son actif. Une carrière raisonnable qu'il a eu envie de booster en cherchant résolument la difficulté.

Un changement de moto et l'alléchante proposition du concessionnaire Yamaha Auvergne Motos ont servi de déclic. Le voilà donc revenu au guidon d'une Japonaise, en l'occurrence la Yamaha R1 dans sa dernière version.

« Une excellente moto, un best-seller », dit Nangeroni de sa nouvelle monture 1.000 cm ³, qu'il va donc piloter sur le circuit national de vitesse.

Guidé par la passion


« C'est quelque chose que je rêvais de faire. Avec les gens du team (Volkanik Xperience), on s'est dit : "On fonce, on monte en superbike." On a là la crème des pilotes de vitesse. C'est quand même un sacré défi, dont on est conscient de la difficulté, mais c'est la passion qui nous a poussés à y aller. Il sera bien temps plus tard de redescendre dans d'autres championnats d'un niveau inférieur. »

La moto a été « sérieusement préparée » par l'équipe, c'est maintenant à Sergio Nangeroni d'accomplir sa part du boulot. Même s'il est loin d'avoir en main sa machine, en raison d'un faible roulage cet hiver, l'Auvergnat fera ses débuts en FSBK le 31 mars prochain, sur le circuit Bugatti, au Mans.

Le fond de grille lui est promis, mais il essaiera de surprendre au fil des courses et de grappiller quelques places.


Nangeroni & co :

Sergio Nangeroni détonne dans le milieu motocycliste. Son parcours est très atypique. Ce sportif accompli, moniteur de ski de l'ESF de Super-Besse, n'a passé le permis moto qu'à 40 ans et a débuté sur la piste deux ans plus tard, à un âge où la plupart des pilotes ont arrêté leur carrière.

Une bande de copains l'entoure depuis ses débuts en course, au sein d'une structure rebaptisée Volkanik Xperience, cette année.

Son équipe. Anthony Pluchard, team manager ; Jocelyn Selva, chef mécanicien ; Éric Bolon, chargé de la partie communication, visuels, site, etc. ; Max Esser, chargé de travailler sur l'acquisition de données ; Marc Ariztia, spécialiste suspensions ; Nicolas Amblard, mécanicien.

Commentaire