Actualité sportive en auvergne



Photo © christian stavel

Maxime Granouillet (Colomiers) se méfie de « la bête blessée » aurillacoise 

Dans la même cour qu’Aurillac l’an dernier, l’US Colomiers de Maxime Granouillet réalise un très bon début de saison. Pour être passée par là, l’équipe de l’ex-Aurillacois se méfie de la « bête blessée » stadiste qui se rend à Bendichou, vendredi 22 novembre (20 heures).

Colomiers s’est installé dans le top 6, comment jugez-vous votre début de saison ?

On fait un bon début de saison, je ne sais pas si l’année dernière nous a vaccinés ou pas mais on travaille. On a sûrement pris conscience de choses, on sait que chaque match est important, que ce soit à l’extérieur ou à domicile. Chaque point pris compte et on joue tous les matchs à fond.

Vous réussissez très bien à l’extérieur. Est-ce une surprise ?

Je ne sais pas si c’en est une mais c’est un objectif d’essayer de bien se déplacer. Donc s’il y a des points à prendre à l’extérieur, il faut les prendre parce qu’on n’est pas à l’abri d’une défaite à la maison, comme cela nous est arrivé contre Angoulême. Ce championnat est hyper serré, donc on prend des points là où il y en a à prendre.

Les "Tops et Flops" de la défaite d’Aurillac contre Mont-de-Marsan (21-33)

Colomiers s’est imposé d’entrée à Grenoble. Cela vous a-t-il libéré ?

Cela nous a certainement mis en confiance : aller faire à un coup à Grenoble, dès la première journée, après la saison qu’on avait faite l’an dernier, forcément cela nous a bien lancés. Après, on a pris un peu de confiance, on a enchaîné quelques matchs et on s’est dit qu’il y avait la possibilité de gagner partout.

Après quatre saisons à Aurillac, Maxime Granouillet s'est imposé à Colomiers. Auteur de 15 matches la saison dernière, le 2e ligne compte déjà neuf feuilles de match pour 7 titularisations. Photo C. Stavel.

Un tel démarrage a permis de tourner la page de la saison dernière ?

Cela a permis de gommer un peu. Même si c’est toujours dans nos têtes, on ne veut pas le revivre et c’est pour cela qu’on joue tout à fond. Cela a servi de leçon et a permis au groupe de grandir, de se resserrer, parce qu’on a vécu des moments difficiles. On a tous conscience de cela. On ne se pose pas la question du week-end prochain ou du classement. On joue pour gagner et on fera les comptes à la fin.

L’USC s’est fixé des objectifs précis cette saison ?

Non. On n’a même pas parlé de maintien. On s’est fixé de faire une belle saison, sans objectif particulier. Et on verra ce qu’il adviendra.

« Le match à Vannes nous montre aussi qu’on a encore beaucoup de boulot. On ne peut pas se permettre de jouer en infériorité, d’être imprécis dans notre rugby. Là, l’engagement ne suffit pas à gommer tout le reste. »

Maxime Granouillet (2e ligne de Colomiers)

Colomiers a perdu à Vannes, où vous meniez à la pause. Qu’est-ce qui a manqué pour garder cet avantage ?

On fait une première mi-temps correcte. On prend quand même un essai d’entrée, on arrive à revenir puis on marque avant la mi-temps… Mais on a quand même subi un peu ensuite, on a pris trois cartons jaunes sur la rencontre. Jouer à 14 durant trente minutes sur un match, ce n’est pas possible de gagner. Au fil du match, Vannes revient, on prend un essai à la 60e, où ils repassent devant et après, on prend une interception. Ils marquent à la 80e et là, c’est anecdotique.

Aurillac battu (21-33) par Mont-de-Marsan : "On a été bouffé dans la zone de combat"

Vous connaissez très bien Aurillac, comment voyez-vous le match de vendredi ?

Ils ont un début de championnat compliqué, après pour vendredi, c’est une bête blessée qui va venir. Il faut qu’on prépare ce match correctement et qu’on ne soit pas surpris. On sait que quand on perd à la maison, on veut tout de suite se rattraper à l’extérieur. Aurillac a besoin de points. Il faudra les prendre très sérieusement. Ils ont gagné à Rouen, c’est une équipe qui peut venir gagner chez nous. À nous de le préparer correctement.

Qu’est-ce que cela vous inspire de voir Aurillac dans cette position si difficile ?

L’an dernier, ils étaient juste devant nous, on était un peu à leur place. Cela me fait ch… pour les copains là-bas. Dans la région, le Stade est quelque chose de très important. Cela fait vivre un peu la ville, il y a une synergie autour du club et il faut qu’il reste en Pro D2 parce que sinon, cela va être très compliqué. Aussi bien pour le club s’il descend que pour la ville et ce qui se passe autour, les gens… 

Jean-Paul Cohade

Commentaire