Actualité sportive en auvergne



Athlétisme Renaud Lavillenie
Photo © BOILEAU FRANCK

Lavillenie s'impose sans forcer son talent

Renaud Lavillenie visait la gagne et rien d'autre. Mission accomplie pour le perchiste auvergnat qui s'est imposé à Shangai (Chine), avec un saut à 5,81 m lors de la deuxième manche de la Diamond League. Un concours où les performances n'ont pas forcément atteint des sommets... 

Sept petits sauts et deux barres effacées ont suffit à Renaud Lavillenie pour enlever la Diamond League de Shangai. Seul Piotr Lisek a concouru à son niveau.
 
Comme à son habitude Renaud Lavillenie avait fait le choix de retarder son entrée dans le concours. C'est donc en spectateur qu'il a assisté à de nombreuses surprises. D'abord, celle de voir le Polonais Pawel Wojciechowski, champion du monde en 2011, incapable de franchir 5,46 m après s'y être repris à deux fois pour effacer sa premier barre à 5,31 m. La deuxième surprise est venu du champion du monde en titre, Sam Kendricks. L'Américain a, lui, buté à 5,61 m et a dû se contenter d'un petit 5,46 m. 
 
A l'heure où Renaud Lavillenie a fini par faire son entrée dans le concours, à 5,71 m, il ne restait finalement plus que six autres athlètes en course. Si le premier saut du Français n'a pas été suffisant, il a vite rectifier le tir pour effacer sa première barre. Seuls Changrui Xue (Chine), Kurtis Marschall (Australie) et Piotr Lisek (Pologne) ont été en mesure de le suivre, le Canadien Shawn Barber (champion du monde en 2015) restant à son tour à quai.
 
Comme on pouvait s'y attendre, la victoire allait donc se jouer avec le Polonais Piotr Lisek, vice-champion du monde en 2017. Les deux hommes passaient 5,81 m à leur deuxième essai avant de rendre les armes à 5,86 m. Renaud Lavillenie pouvait lever les bras. Le Clermontois l'emporte grâce un nombre d'échecs moins important lors des barres précédentes.
 
Le classement final :
 
Commentaire